Open Knowledge Fondation s'engage pour le Temps des communs

De Remix Biens Communs
Aller à : navigation, rechercher

Informations sur le média

Métadonnées
Auteur(s) FREDRIKSSON Sylvia
Producteur(s) Remix The Commons
Date de création 2015/06/15
Date de publication 2015/08/30
Langue du contenu FR
Fait partie de Festival le Temps des communs, Anniversaire des 800 ans de la Magna Carta
Média Audio
URL de diffusion http://wiki.remixthecommons.org/images/OpenKnowledgeFrance 1-2.mp3
Pays France
Contexte de production Conférence de presse Temps des Communs 2015
Participant(s) FREDRIKSSON Sylvia
Contributeur(s) SULTAN Frédéric, MORANDI Marie-Odile
Type de licence CC-BY-SA


Ressource(s) objet de commun : Science Connaissance 
Enjeu(x) : Culture libre 

<mp3player>file:OpenKnowledgeFrance_1-2.mp3 </mp3player>

Transcription par Marie-Odile Morandi (Groupe Transcriptions de l'April)

Bonjour. Donc moi c'est Sylvia, je représente Open Knowlege France, qui est le chapter français de Open Knowledge Foundation, qui est une association fondée en 2004, qui a pour objet la promotion des savoirs libres, et aussi la facilitation et la réutilisation de ces données, de ces savoirs. On agit, à la fois, d'un point de vue juridique, puisqu'on a développé, à l'échelle l'internationale, un certain nombre d'outils. On a travaillé sur l'ODbL, qui est une licence spécifiquement liée au partage et à la réutilisation des données, ce que ne permettait pas Creative Commons. On a travaillé, aussi, sur l'Open Definition, ça c'est pour les aspects juridiques, et au niveau de la facilitation on développe des outils, à l'image de la plateforme ckan, qui est une plateforme qui permet, facilite la réutilisation, le partage de données, à la fois d'un point de vue technique et juridique, et donc qui sert aux producteurs de données et aux administrations publiques.

Et, pour le Temps des Communs, on souhaiterait valoriser cette notion de communauté, puisque Open Knowledge c'est, avant tout, une communauté aussi à l'échelle internationale, et on voudrait travailler autour de la donnée comme bien commun et interroger, en fait, la manière dont on peut travailler la gouvernance de la donnée et des données ouvertes au-delà du fait qu'elles soient libérées. Puisqu'on estime qu'on en est à peu près à ce stade, c'est-à-dire on est dans un élan où les administrations, progressivement, ouvrent leurs données. Qu'en est-il des enjeux de cogestion ? Quels sont les modèles qui existent pour réfléchir à des modalités de gouvernance différents ? Ça c'est la première action, donc une rencontre autour de la gouvernance des données ouvertes. Et la deuxième action, c'est une action qui se mène un peu sur le long terme, qu'on a déjà entreprise avec Frédéric Sultan sur un quartier parisien. L'enjeu c'est de travailler sur les données qui sont liées aux Communs avec des habitants de quartiers. Donc ateliers qu'on renouvellera dans le quartier de la Chapelle, à Paris.