Catalunya en Comú: Building a country in common(s)

De Remix Biens Communs
Aller à : navigation, rechercher

Article

Interview with Joan Subirats - Barcelona, April 20, 2017

Alain Ambrosi and Nancy ThedeVERSION FRANÇAISE

The pro-independence government of Catalonia recently sparked a political crisis in Spain by proposing to call a referendum on independence by the end of 2017 with or without the approval of the central government. In contrast, "Catalonia in common" defines itself as an innovative political space of the Catalan left. Initiated by Barcelona in Comú a little less than a year after its election to city hall, ​​the initiave was launched in October 2016. A short manifesto explained its raison-d'être and presented an "ideario politico" (a political project) of some 100 pages for broad discussion over 5 months which culminated in a constituent assembly last April 8.

This new political subject defines itself as "a left-wing Catalan organisation that aims to govern and to transform the economic, political and social structures of the present neo-liberal system." Its originality in the political panorama of Catalonia and of Spain is its engagement with "a new way of doing politics, a politics of the commons where grassroots people and communities are the protagonists." In response to those who see its emergence only in the context of the impending referendum, it affirms: "We propose a profound systemic, revolutionary change in our economic, social, environmental and political model."

We interviewed Joan Subirats a few days after the Constituent Assembly of Catalunya en Comú took place. Joan is an academic renowned for his publications and his political engagement. A specialist in public policy and urban issues, he has published widely on the Commons and on the new municipalism. He is one of the artisans of Barcelona in Comú and has just been elected to the coordinating body of the new space named recently "Catalunya en comú".

Joan Subirats (2013)
Source : Directa (youtube) [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

The Genesis of a New Political Subject

Nancy Thede -- Tell us about the trajectory of the development of this new initiative: a lot of people link it to the 15-M, but I imagine that it was more complex than that and started long before.

Joan Subirats -- At the outset there was Guanyem, which was in fact the beginning of Barcelona en Comú: the first meetings were in February-March 2014. Who was involved? this is quite simultaneous with the decision by Podemos to compete in the European Parliament elections in May 2014. Podemos organises in February 2014; Guanyem begins organising in February- March 2014 to compete in the municipal elections of May 2015.

Going farther back, there is a phase of intense social mobilisation against austerity policies between 2011 and 2013. If we look at the statistics of the Ministry of the Interior on the number of demonstrations, it is impressive, there were never as many demonstrations as during that period, but after mid-2013 they start to taper off. There is a feeling that there are limits and that demonstrations can't obtain the desired changes in a situation where the right-wing Popular Party (PP) holds an absolute majority. So the debate emerges within the social movements as to whether it's a good idea to attempt to move into the institutions.

Podemos chooses the most accessible scenario, that of the European elections, because these elections have a single circonscription, so all of Spain is a single riding, with a very high level of proportionality, so with few votes you get high representation because there are 60-some seats, so with one million votes they obtained 5 seats. And people vote more freely in these elections because apparently the stakes are not very high, so they are elections that are good for testing strategies. In contrast, here in Barcelona, we chose the municipal elections as the central target because here there is a long history of municipalism.

So this sets the stage for the period that began in 2014 with Guanyem and Podemos and the European elections and in May 2015 with the municipal elections where in 4 of the 5 major cities - Barcelona, Madrid, Valencia and Zaragoza - alternative coalitions win that are not linked to either of the two major political parties (PP and the Socialist Party – PSOE) that have dominated the national political scene since the return to democracy in 1977. And in the autonomous elections[1], a new political cycle also begins, in which we still are. If we go farther back, to 2011 - there are a couple of maps that show the correlation between the occupation of plazas in the 15-M with the number of alternative citizen canadidacies at the municipal level.

So Podemos and all the alternative citizen coalitions all refer to the 15M as their founding moment. But the 15M is not a movement, it was a moment, an event. You must have heard the joke about the stranger who arrives and wants to talk to the 15M - but there is no 15M, it has no spokespersons and no address. But everyone considers it very important because it transformed the political scene in its wake . But what was there before the 15M?

There were basically 4 major trends that converged in the 15-M : First the anti-globalisation movement, the oldest one, very interesting because a large number of the new political leaders have come out of it, with forms of political mobilisation different from the traditional ones.

Then there was the « Free Culture Forum » linked to issues regarding internet which was very important here in Barcelona - with Simona Levy and Gala Pin, who is now a municipal councillor - that is important because here digital culture, network culture, was present from the very beginning, something that didn't occur in other places.

The third movement was the PAH (Platform for People Affected by Mortgages) which emerges in 2009 and had precedents with Ada Colau and others who organised « V for vivienda » (like the film « V for vendetta », but in this case vivienda - housing), an attempt to demonstrate that young people were excluded from social emancipation because they didn't have access to housing. Their slogan was « you'll never have a house in your whole f'king life ». And the forms of mobilisation were also very new, for example, they occupied IKEA because at that time IKEA's advertising slogan was « the independent republic of your home », so they occupied it and slept in the beds there. So this was more youthful, alternative, more of a rupture, but then in 2009 with the creation of the PAH they started to try to connect with the immigrant sector and people who were losing their houses because of the mortgage hype, it was very important because it's the movement that tries to connect with sectors outside of youth: the poor, immigrants, working class... with the slogan 'this is not a crisis, it's a sting'. So the PAH is very important because it's the movement that connects with sectors of the population outside of youth: workers, immigrants, the elderly... For example, here in Plaza Catalunya in 2011 the only major poster rallying people who weren't youth was that of the PAH.

And the fourth movement - the most 'authentic' 15M one - was that of the « Youth without future ». People who organised mainly in Madrid, typical middle-class university sector with post-grad studies, who suddenly realised that they wouldn't find jobs, that it wasn't true that their diplomas would open doors for them, they were in a precarious situation.

So those were the four major currents that converged in the basis of the 15M. But what made it 'click' was not just those 4 trends, but the fact that huge numbers of other people recognised the moment and converged on the plazas and overwhelmed the movements that started it. The most surprising thing about the moment was that those 4 movements - that were not all that important - were rapidly overwhelmed by success of the movement they started and new people who spontaneously joined. That was what really created the phenomenon, because if it had been just those 4 movements, if it had been like 'Nuit debout' in Paris where people occupied the plaza but without the sensation that people had steamrollered the leaders. So, when the plazas are evacuated, the idea becomes 'Let's go to the neighbourhoods'. So all of a sudden, in the neighbourhoods of Barcelona and Madrid, assemblies were organised where there was a mixture of the old neighbourhood associations that were no longer very active and whose members were older (my generation) and new people who brought new issues like ecology, energy, bicycle transport, cooperatives, water and a thousand different things and who created new spaces of articulation where people who had never thought that they would meet in the neighbourhoods began to converge.

I think this explains the re-emergence of municipalism that followed: people begin to see the city as a place where diverse social changes can be articulated on a territorial basis: many mobilisations are taking place in isolation, in a parallel manner and don't have a common meeting-point. Water as a common good, energy transition, sustainable transport, public health, public space, infant education... All of a sudden there was something that brought people together which was to discuss the city, the city we want - David Harvey mentions in an article that the modern-day factory is the city. That is, we no longer have factories, the city is now the space where conflicts appear and where daily life becomes politicised: issues like care, food, schooling, transport, energy costs - and this creates a new space for articulating these issues that hadn't been previously envisaged.

So I think this is the connection : 15-M as a moment of overwhelming, the end of a cycle of mobilisation - remember that there had been a petition of a million and a half signatures to change the mortgage legislation, that Ada Colau presented in the national Congress, where she accused the PP deputies of being assassins because of what they were doing - but that mobilisation had no effect in the law. A PP deputy declared 'If these people want to change things, then they should get elected'. So people started thinking 'OK, if that's the way it is, then let's get ourselves elected'. This is the initial change of cycle in 2014. So the 4 movements were present in the meetings of Guanyem and BComun, as well as some progressive intellectuals and people from other issue areas like water, transport, energy etc. That was the initial nucleus here in Barcelona - in Madrid it was different. There the Podemos generation had a different logic. Here, from the beginning, we wanted to create a movement from the bottom up and to avoid a logic of coalition of political parties, this was very clear from the outset. We didn't want to reconstruct the left on the basis of an agreement amongst parties. We wanted to build a citizen movement that could impose its own conditions on the parties. In the case of Podemos it was different: it was a logic of a strike from above - they wanted to create a strong close-knit group with a lot of ideas in a very short period and as a result an electoral war machine that can assault the heavens and take power. Here, on the other hand, we foresaw a longer process of construction of a movement where we would start with the municipalities and after that, we'll see.

So Guanyem was created in June 2014, 11 months prior to the municipal elections, with a minimal program in 4 points:

  1. we said, we want to take back the city, it's is being taken away from the citizens, people come here to talk about a 'business-friendly global city' and they are taking it away from the citizens, we have lost the capacity to control it, as the first point;
  2. there is a social emergency where many problems don't get a response;
  3. we want people to be able to have decision-making capacity in what happens in the city, so co-production of policy, more intense citizen participation in municipal decisions;
  4. moralisation of politics. Here the main points are non-repetition of mandates, limits on salaries of elected officials, anti-corruption and transparency measures, etc.

So we presented this in June 2014 and we decided that we would give ourselves until September to collect 30,000 signatures in support of the manifesto and if we succeeded, we would present candidates in the municipal elections. In one month we managed to get the 30,000 signatures! Besides getting the signatures on internet and in person, we held a lot of meetings in the neighbourhoods to present the manifesto - we held about 30 or 40 meetings like that, some of them small, some more massive, where we went to the neighbourhoods and we said « We thought of this, what do you think? We thought of these priorities, etc'. » So, in September of 2014 we decided to go ahead; once we decided that we would present a slate, we began to discuss with the parties - but with the strength of all that support of 30,000 people backing us at the grassroots, so our negotiating strength with respect to the parties was very different. In Dec 2014 we agreed with the parties to create Barcelona en Comun - we wanted to call it Guanyem but someone else had already registered the name, so there was a lot of discussion about a new name, there were various proposals: Revolucion democratica, primaria democratica, the term Comu - it seemed interesting because it connected with the Commons movement, the idea of the public which is not restricted to the institutional and that was key. It was also important that in the previous municipal elections in 2011 only 52% of people had voted, in the poorer neighbourhoods a higher number of people abstained and that it was in the wealthier neighbourhoods where a larger proportion of people had voted. So we wanted to raise participation by 10% in the poor neighbourhoods more affected by the crisis and we thought that would allow us to win. And that was what happened. In 2015, 63% voted, but in the poor areas 40% more people voted. In the rich areas, the same people voted as before.

So it was not impossible to think we could win. And from the beginning the idea was to win. We did not build this machine in order to participate, we built it in order to win. We didn't want to be the opposition, we wanted to govern. And as a result, it was close, because we won 11 of 41 seats, but got the most votes so we head the municipal council, the space existed. From the moment Guanyem was created in June 2014, other similar movements began to be created all over Spain - in Galicia, in Andalucia, in Valencia, Zaragoza, Madrid... One of the advantages we have in Barcelona is that we have Ada Colau, which is a huge advantage, because a key thing is to have an uncontested leader who can articulate all the segments of the movement - ecologists, health workers, education professionals.... If you don't have that it's very difficult, and also the sole presence of Ada Colau explains many things. In Madrid they found Manuela Carmena, who is great as an anti-franquista symbol, with her judicial expertise, very popular but who didn't have that tradition of articulating movements, and as a result now they are having a lot more problems of political coordination than here.

A New Political Subject for a New Political Era

Alain Ambrosi -- So now Catalunya en comu defines itself as a new political space on the left for the whole of Catalonia. But in recent Catalan history that's nothing really new: there have been numerous political coalitions on the left, such as the PSUC[2] in 1936 followed by many others. So what is different about this initiative?

JS -- If we open up our perspective and look at things more globally, I think that what justifies the idea that this is a new political space is the fact that the moment is new, we're in a new phase so it's very important to understand that if this new political moment reproduces the models and the conceptual paradigms of the old left and of the Fordism of the end of the 20th century, we won't have moved ahead at all. The crisis of social democracy is also a crisis of a way of understanding social transformation with codes that no longer exist. As a result the measure of success of this new political space is not so much in to what extent it can bring together diverse political forces, but rather its capacity to understand this new scenario we find ourselves in - a scenario where digital transformation is changing everything, where we no longer know what 'labour' is, where heterogeneity and social diversity appear as factors not of complexity but of values, where the structure of age no longer functions as it used to - where everything is in transformation, so we can no longer continue to apply ideas - to use a phrase coined by Ulrich Beck - 'zombie concepts', living dead, no?, we forge ahead with our backpacks full of 20th-century concepts, applying them to realities that no longer have anything to do with them. It's easy to see the defects of the old, traditional concepts, but it's very difficult to construct new ones because we don't really know what is happening nor where we are headed. The example of the debate in France between Valls and Hamon - at least, I read the summary in Le Monde, where Valls maintained that it would be possible to come back to a situation of full employment and Hamon said that is impossible, that it's necessary to work towards the universal basic income; in the end, Hamon is closer to the truth than Valls, but Hamon isn't capable of explaining it in a credible way - and it is very difficult to explain it in a credible way.

Here, we are working at one and the same time on the Commons and the non-institutional public sphere, we are demanding greater presence of the public administration when probably it wouldn't really be necessary, but since we don't have a clear idea of how to construct this new thing, we are still acting sort of like slaves of the old. So that's where I think the concept of the Commons, of the cooperative, the collaborative, new ideas regarding the digital economy, are more difficult to structure, because we're also conscious that capitalism is no longer only industrial or financial but now it's digital capitalism, and it controls all the networks of data transmission and at the same time the data themselves, probably the wealth of the future. So, sure we can do really interesting things in Barcelona, out of Barcelona en Comun, but we have GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon and Microsoft), and GAFAM has its own logics and that complicates things. So we have to create a new political subject - and it's obvious that we need something new - but what isn't so obvious is what are the concepts we need to create this new subject. So if you look at the documents published by Un Pais en Comu[3] that's what you'll see: a bit of different language, a different way of using concepts, but at the same time a trace of the heritage of the traditional left. The journal 'Nous Horitzons' has just published a new issue on 'Politics in Common'[4] which brings together a lot of these elements. The impression that some of us had in the assembly the other day in Vall d'Hebron (the inaugural assembly of the movement) was that the old ways were still weighing us down, that there was a difficulty to generate an innovative dynamic.

NT -- That was clear in the composition of the audience.

JS -- Yes, well, the Podemos people weren't there, of course... they didn't come for various reasons, because probably not everybody was in agreement with Albano-Dante[5] but they saw there was a lot of disagreement and so they preferred not to come, and that's a type of public that, as well as filling the hall, also changes the type of dynamic - so it was more the traditional-style organisations that were there (Iniciativa or EUIA[6]), there was more of the old than the new probably. Perhaps that's inevitable, but what we have to do now is to see if we can change that dynamic.

AA -- When one reads the 'Ideario politico' (the political project of Un Pais en Comu) it's a sort of lesson in political economy, political philosophy as well, but also a vast programme, and the left has never put forward this type of Commons-inspired programme before, be it in Catalunya or in Spain or probably internationally. How do you see its contribution in the context of the Commons ecosystem? There have been experiences of the Commons without the Commons label, as in Latin America ...

JS -- Yes, in Catalunya the anarcho-sindicalist movement...

AA -- Of course, but more recently, the idea of 'Buen Vivir' ...

JS -- Yes, but when you go to Latin America and you talk about that, it all revolves around the State. But here, we try not to be state-centric. We are trying to avoid the idea that the only possible transformation needs to depend on the State.

AA -- But in the 'Ideario' a lot of discussion is devoted to public services as well, this implies that the State has to exist. And in the Commons vocabulary there is the concept of the 'partner-state', but it doesn't appear in the Ideario...

JS -- Yes, there's a margin there: the resilience of the new politics depends more on the capacity to create 'muscled' collective spaces - public, collective, common - than on the occupation of the institutions. But without the occupation of the institutions, it's very difficult to construct those spaces. The example that comes to mind for me is from Copenhagen: there it was the cooperatives of the workers' unions that built the big housing coops that exist now; also, the municipal government when the left was in power built a lot of public housing; then when a right-wing government came to power, it privatised all the public housing but it couldn't privatise the cooperatives. So in the end, things that are strictly state-based are more vulnerable than when you build collective strength. So if we are able to benefit from these spaces in order to build 'collective muscle', using our presence in the institutions, this will end up being more resilient, more stable over time than if we put all our eggs in the State basket. So the Barcelona city government has civic social centres that are municipal property, but what is important is to succeed in ensuring that these centres are controlled by the community, that each community make them its own despite the fact that the property is officially that of the municipality, but they must be managed through a process of community management. So you need to build in the community a process of appropriation of institutions that ends up being stronger than if it were all in the hands of the State.

Now we are discussing citizen heritage, how the city government can use its property - houses, buildings - and it can cede them for a certain period in order to construct collective spaces. For example, 8 building sites that belong to the municipality have been put up for auction on 100-year leases for community organisations to build housing cooperatives. This doesn't take property away from the public sphere and at the same time it generates collective strength. But a certain sector of the political left here, the CUP, criticises this as privatisation of public space. They think Barcelona en Comun should build public housing instead, state-owned housing. That's a big difference. And people are aware of that, but at the same time there are doubts about whether this makes sense, whether there is sufficient strength within the community so that this can work. Or, for example, the most common criticism is that “you have an idea of the public, the collective, the Commons, that implies capacities in the community that are only present in the middle classes that have the knowledge, the organisational capacity... so it's a very elitist vision of the collective because the popular sectors, without the backing of the State, won't be able to do this." Well, we're going to try to combine things so it can work, but we don't want to keep converting the public into the 'state'.

Nancy Fraser wrote an article on the triple movement - looking at Polanyi's work on the 'double movement' in the Great Transformation, that is the movement towards mercantilisation, and the opposite movement it stimulated towards protection. Polanyi talks about the confrontation of these 2 movements in the early 20th century, and the State - in its soviet form or in its fascist form - as a protectionist response of society which demands protection when faced with the uncertainty, the fragility the double movement engenders. Nancy Fraser says that all that is true, but we're no longer in the 20th century, we're in the 21st century where factors like individual emancipation, diversity, feminism are all very important - so we shouldn't be in favour of a protectionist movement that continues to be patriarchal and hierarchical. We need a movement for protection that generates autonomy - and there resides what I think is one of the keys of the Commons movement. The idea of being able to get protection - so, a capacity of reaction against the dynamics of the market attacks - without losing the strength of diversity, of personal emancipation, of feminism, the non-hierarchical, the non-patriarchal, the idea that somebody decide for me what I need to do and how I will be protected. Let me self-protect myself too, let me be a protagonist too of this protection. And this is contradictory with the state-centric tradition.

A Commons Economy, Participation and Co-production of Policy

AA -- The first theme of the 'Ideario' is the economy - you are an economist, amongst other things - how do you see this proposal in terms of the Commons? For example, there is a lot of discussion now about 'open cooperativism', etc. What you were saying about the cooperative movement here, that it is very strong but not sufficient...

JS -- In some aspects no. For example, the city wanted to open a new contract for communications (telephone, internet) - now there are the big companies Telefonica, Movistar, Vodafone, Orange, etc: there's a cooperative called 'Som Connexion' (We are connection)- or 'Som Energia' (We are energy) that's a lot bigger - it has 40,000 members - but these cooperatives, it would be fantastic if the city were to give them the contract for energy or for communication, but they aren't capable of managing that at the moment. So if they take it, we'd all have big problems: faulty connections, lack of electrical power - because they're growing for sure but they don't yet have the 'muscle', the capacity they need to take this on.

So we have to continue investing in this, it's not going to take care of itself. On the other hand, in other areas, like home services for the elderly, we do have very strong cooperatives, Abacus for example is a cooperative for book distribution that has 800 000 members, so that is a coop that's very powerful, and there are others. But in general, the more powerful the coop, the less politicised it is - they tend to transform themselves into big service companies. But now they are understanding that perhaps it would be in their interest to have a different vision; there has been a very politicised movement in the grassroots level coops that is contradictory with the entrepreneurial trend in the big coops. So we're in this process right now: yes, there are very big, very strong coops and there are also smaller, more political ones but they don't have sufficient muscle yet.

AA -- When we look at issues of participation, co-production of policy and such, it is also a question of culture, a culture of co-production that doesn't exist. In the neighbourhoods, yes there is a trend to revamping participation, but when we talk to people in the local-level committees they say 'Sure, people come to the meetings, but because they want a tree planted here...' and they don't have that vision of co-creation. So first there has to be a sort of cultural revolution ?

JS -- There are places where there has been a stronger community tradition that could well converge with this. Some neighbourhoods like Roquetes for example, Barceloneta or Sants, have very strong associational traditions. If you go to Roquetes to the meeting of the community plan, everybody is there: the people from the primary medical services centre, the doctors, the schools are there, the local police, the social workers - and they hold meetings every 2 weeks and they know everything that goes on in the area, and they transfer cases amongst themselves: “we detected this case, how do we deal with it?” etc. The community fabric in those neighbourhoods functions really well. So what can you add to that fabric so that it can go a bit further? On the other hand, in other neighbourhoods like Ciutat Meridiana, in 5 years 50% of the population has changed, so it's very difficult to create community where the level of expulsion or change is so high. In Sants, in Ca Batlló, there was a very interesting experience where people want to create a cooperative neighbourhood - it's a bit polemical - they want to create a public school without using public funds, instead using money from the participants themselves, because the coop tradition in Sants is very anarchist, libertarian - so they promote the idea of a public school, open to all, but not using public funds. And it would have its own educational philosophy, that wouldn't have to submit to standard educational discipline. And groups have appeared in different neighbourhoods dedicated to shared child-raising where there are no pre-schools for children between 0 and 3 years, or people prefer not to take the kids to public pre-schools because they find them too rigid, so they prefer generating relationships amongst parents. So what should the role of the city government be with respect to such initiatives? Should it facilitate or not? There's a debate about how to position the municipality with respect to these initiatives that are interesting but then when, inside Barcelona en Comú or Catalunya en Comú, the person who is in charge of these issues comes with a more traditional union perspective and says “This is crazy, what we need to do is to create public schools with teachers who are professional civil servants. These experiments are fine for gentrified zones, but in reality...'” And they are partly right. So we're in that sort of situation, which is a bit ambivalent. We're conscious that we need to go beyond a state-centric approach, but at the same time we need to be very conscious that if we don't reinforce the institutional role, the social fragilities are very acute.

The Commons and Issues of Sovereignty, Interdependence and the « Right to Decide »

AA -- Another high-profile issue is that of sovereignty. The way it's presented in the Ideario is criticised both by those who want a unified Spain and by those who want Catalan independence. Sovereignty is simply another word for independence in the view of many people. But the way it's presented in the Ideario is more complex and comprehensive, linked to autonomy at every level ...

JS -- Exactly: it's plural, in lower case and plural: sovereignties. The idea is a bit like what I said earlier about the city, that we want to take back the city. We want to recover the collective capacity to decide over what affects us. So it's fine to talk about the sovereignty of Catalonia, but we also need to talk about digital sovereignty, water sovereignty, energy sovereignty, housing sovereignty - sovereignty in the sense of the capacity to decide over that which affects us. So we don't have to wait until we have sovereignty over Catalonia in order to grapple with all this. And this has obvious effects: for example, something we are trying to develop here: a transit card that would be valid on all forms of public transit - like the “Oyster” in London, and many other cities have them - an electronic card that you can use for the train, the metro, the bus: the first thing the Barcelona city government did on this was to ask the question “Who will own the data? “. That's sovereignty. The entity that controls the data on who moves and how in metropolitan Barcelona has an incredible stock of information with a clear commercial value. So will it belong to the company that incorporates the technology? or will the data belong to the municipality and the municipality will do with it what it needs? At the moment, they are installing digital electricity metres and digital water metres: but to whom do the data belong? because these are public concessions, concessions to enterprises in order that they provide a public service - so who owns the data?

This is a central issue. And it is raised in many other aspects, like food sovereignty. So, we want to ensure that in the future Barcelona be less dependent on the exterior for its food needs, as far as possible. So you need to work to obtain local foodstuffs, control over the products that enter - and that implies food sovereignty, it implies discussing all this. So, without saying that the sovereignty of Catalonia isn't important, we need to discuss the other sovereignties. Because, suppose we attain the sovereignty of Catalonia as an independent state, but we are still highly dependent in all the other areas. We need to confront this. I don't think it's a way of avoiding the issue, it's a way of making it more complex, of understanding that today the Westphalian concept of State sovereignty no longer makes much sense. I think we all agree on that. We are very interdependent, so how do we choose our interdependencies? That would be real sovereignty, not to be independent because that's impossible, but rather how to better choose your interdependencies so that they have a more public content.

AA -- Talking of interdependence, there is the issue as well of internationalism. Barcelona en Comú puts a lot of emphasis on that, saying 'There is no municipalism without internationalism' etc. From the very outset of her mandate, Ada Colau in 2015 in her inaugural speech as mayor said that 'we will work to build a movement of cities of the Mediterranean', and as time goes on the approach is becoming clearer, for example with the participation of Colau and the vice-mayor Gerardo Pisarello in the major international city conferences. What do you see as the importance of this internationalism within the Commons ecosystem?

JS -- There are 2 key aspects for me. First, cities are clearly the most global political space and zone of social convergence that exists. Apparently when we talk about cities we're talking about something local, but cities are actually very globalised. Benjamin Barber wrote a book about 'Why Mayors should govern the world'. And he set out an example I think is very good: if the mayor of Montreal meets with Ada and the mayor of Nairobi and the mayor of Santiago de Chile and the mayor of say Hong-Kong, after 5 minutes together they'll all be talking about the same things. Because the problems of cities are very similar from one place to another despite their different sizes. Questions of energy, transport, water, services, food... If we try to imagine that same meeting between Heads of State, the complexity of the political systems, cultural traditions, constitutional models and all will mean that the challenge of coming to a common understanding will be much more complex. That doesn't mean that cities are the actors that will resolve climate change, but certainly the fact that Oslo, Copenhagen, Amsterdam, Barcelona and Paris agree that in 2025 there will no longer be cars circulating that use diesel will have more impact than a meeting of Heads of State. With AirBnB Barcelona is in constant confrontation, the city has fined them 600 000 euros, but Barcelona on its own can't combat AirBnB. But New York, Paris, London, Amsterdam and Barcelona have come to an agreement to negotiate jointly with AirBnb: those 5 cities together can negotiate with them. But it isn't the problem for States, it's much more a problem for cities than for States. And AirBnB uses digital change to enter spaces where there is a lack of precision - it's what happens too with Uber, Deliveroo and other platforms of so-called 'collaborative economy', which is really extractive economy, but which use the reglamentary voids. The people who work for Uber or Deliveroo aren't employees, they are independent entrepreneurs but they work in 19th century conditions. Tackling this problem from the level of the city can produce new solutions.

I think when we decided in 2014-2015 to attempt to work at the municipal level in Barcelona, we were aware that Barcelona isn't just any city: Barcelona has an international presence and we wanted to use Barcelona's international character to exert an influence on urban issues worldwide. Ada Colau participated in the Habitat conference in Quito in October 2016, before that in the meeting of local authorities in Bogota, she is now co-president of the World Union of Municipalities. So there's an investment that didn't start just with us but that started in the period when Maragall[7] was mayor, a very high investment by Barcelona in participating in this international sphere of cities. This reinforces Barcelona in its confrontations with the State and with private enterprise as well. It plays an important role. There is an international commission within Barcelona en Comú, they are constantly working with other world cities - they have been in France, they have a strong link with Grenoble and will be going to a meeting of French cities in September to talk about potential collaboration, they often go to Italy, they've gone to Belgrade, to Poland. In June they're organising a meeting of Fearless Cities, with the participation of many mayors from major cities in Europe and around the world. So there is a very clear vision of the global aspect. So the global dimension is very present, and at the level of Spain as well. The problem there is that there is political interference, for example in Madrid, which is very important as a city, but within the municipal group “Ahora Madrid” they're very internally divided, so sometimes you speak to one and the others don't like it. We have really good relations with Galicia: A Coruña and Santiago de Compostela, also with Valencia, but Valencia also has its own dynamic. Zaragoza. Each city has its own dynamic, so sometimes it's complicated to establish on-going relations.

AA -- What about Cadiz?

JS -- Of course, Cadiz is also part of this trend, but the group there is part of the Podemos anti-capitalist faction, so there are nuances.

NT -- You mentioned 2 points regarding internationalism...

JS -- Yes, first there was the general global perspective on cities and the second is Barcelona's own concrete interest. So the first is more global, that is, any city in the world today has many more possibilities if it looks at its strategic global role and if it wants to strengthen its position, it has to work on the global level. In the case of Barcelona specifically, there is also a will that's partly traditional, because it was begun by Maragall, you have to remember that here in Barcelona there are 10 districts, and during the war of the Balkans, Maragall created District 11, which was Sarajevo: city technicians went to Sarajevo to work with them, and still today there are municipal technicians who travel regularly to Gaza to work there, or with La Havana - in other words there's a clearly established internationalist stance in the municipality. Also, the headquarters of the World Union of Local Governments is in Barcelona. The international headquarters of Educating Cities is in Barcelona, so there has constantly been a will to be present on the international scene since Maragall, and now this is continuing but with a new orientation as well. Perhaps there used to be the idea of exporting the Barcelona model, branding Barcelona, but that is no longer the case. There's very intense organisation globally, probably if Ada accepted all the invitations she receives, she'd be travelling all the time.


AA -- Coming back to the issue of sovereignty vs independence and “the right to decide”, how does this play out?

JS -- The issue of independence is internally very complex with different positions. I think there is a general agreement on 3 things, ie:

  1. Catalonia has its own demos and therefore is a political subject which must be recognised,
  2. it has to be able to decide how to articulate itself with the other political subjects in Spain and in Europe, it has to have the right, the capacity to decide;
  3. this requires the construction of a State of its own.

It is on the fourth point that we are not in agreement: whether that State should be independent or whether it should be in some way linked, allied, confederated with the rest of the Iberian Peninsula or with Europe. These 3 initial points are sufficiently important and they are the basis for the fact that Catalunya en Comú or Barcelona en Comú is part of the broad sovereigntist space in Catalonia. What it isn't part of is the independentist space in Catalonia. Despite the fact that I would say some 30-40% of the members are pro-independence, but the rest not. And that is an issue which divides us. But what we are trying to do is to work out this debate on the basis of our own criteria, not on those of other movements. The criteria of the others are 'you are independentist or you are not independentist'. Our own criteria are: yes, we are sovereigntists, we discuss sovereignties and we'll see. Since we agree on what is the most important (that is - an autonomous political subject, the right to decide, an autonomous State), let's discuss how we can articulate. We have fraternal relations with 4 million people in the rest of Spain who agree with us on the first 3 criteria. So the key question probably would be: Does Catalonia want to separate from the rest of Spain or from this Spain? The standard response would be “We have never known any other. We've always seen the same Spain, so there is no other Spain”. So the debate we can have is over “Yes, another Spain is possible”. Sort of like the debate right now over whether to leave Europe: do we want to leave Europe of leave this Europe? But is another Europe possible or not?

The Challenges of Scale

NT -- I am struck by the fact that every time we refer to the initiative of Catalunya en Comú, you respond by giving the example of what's happening in Barcelona: do you see Barcelona as the model for Un Pais en Comú?

JS -- No, it's not that it's the model, there is even some reticence within Barcelona en Comú that this new political initiative may have negative consequences for Barcelona en Comú. The Barcelona in Comú experiment has worked really well: within BeC political parties continue to exist (Podemos, Iniciativa, EUIA, Guanyem) and all agree that it's necessary to create this subject, because it's clear - there's a phrase by a former mayor of Vitoria in the Basque country who said “Where my capacities end, my responsibilities begin” - that is, clearly, cities are developing roles that are more and more important, but their capacities continue to be very limited and especially their resources are very limited - so there's an imbalance between capacities and responsibilities. Between what cities could potentially do and what they really can do. Refuge-cities - a thousand things. So within Barcelona en Comú there is an understanding of the interest of creating Catalunya en Comú in order to have influence in other levels of government. And to present candidates in elections in Spain with En Comú Podem because to be represented in Madrid is also important. But of course, sometimes this expansion can make us lose the most original aspect, that is the emphasis on municipalism, in the capacity to create these spaces - so there's a certain tension. And obviously, when you go outside Barcelona in Catalonia, the local and territorial realities are very different, you find... you no longer control what kind of people are joining and so you can end up with surprises - good and bad ones - so there are some doubts, some growing pains. You have to grow, but how will that affect what we have so far? our ways of working and all that... I always refer to Barcelona en Comú because we have existed for longer, we have a sort of 'tradition' in the way we work, and on the contrary, the other day we held the founding assembly of Catalunya en Comú and - where are we headed? how long will we be able to maintain the freshness, avoid falling into the traditional vices of political parties? Xavi (Domenech) is a very good candidate, he has what I call a Guanyem DNA, but it's not evident that we can pull this through. That's the doubt.

NT -- How do you assess the results of the founding assembly of Catalunya en Comú? Are you happy with what came out of it?

JS -- Yes, I'm satisfied, although I don't think the results were optimal, but we are squeezed by a political calendar that we don't control. It's very probable that there will be elections this year in Catalonia, so if that happens... what would have been preferable? To reproduce the Barcelona en Comú model, take more time and work more from the bottom up, hold meetings throughout the territory - we did hold about 70 or 80, but a lot more would have been better - do things more slowly and look around, build links with local movements, the same ones as in Barcelona but on the level of Catalonia - energy, water, etc: reconstruct the same process. But sure, they're going to call elections or a referendum in 2 days. What is clear is that we can't do the same thing as with 'Catalunya si que es pot'[8], which was a coalition but it didn't work. So all this has meant that the process - despite the fact that I think it has been carried out well, is not optimal: within the realm of the possible, I think it was done with great dignity.

NT -- And with respect to the deliberative process that was used to arrive at the final document?

JS -- Basically the same thing: it could have been done better, with deeper debates in each area, it was done very quickly, a lot of issues in a short period of time. The task was very complex, and I think the result is worthy. We tried to avoid standardised jargon and parameters, to make it a bit different. So now we'll see - yesterday the Executive met for the first time, and on May 13 will be the first meeting of the coordinating group of 120 people[9]. So we'll have to see how this all is gotten underway. I am not convinced that it will all be functional in time for the Catalan elections, for me the key date is May 2019 which are the next municipal elections. Then we'll see if this has really jelled and if we can have a significant presence throughout the territory. This territorial vision is very important in order to avoid a top-down construction. The key thing in Catalonia is to do it with dignity and not to become entrapped in this dual logic of independence or not, to be capable of bringing together a social force that is in that position.

NOTES

  1. Autonomous elections are those held in the 17 Autonomous Communities of Spain created by the 1978 Constitution. Catalunya is one of them.
  2. The Unified Socialist Party of Catalonia or PSUC: Founded in 1936, it allied the main parties of the Catalan left around the Communist Party. It was dissolved in 1987.
  3. "A country in common". The process, carried out in a transparent and well-documented manner, began with a negotiation with certain left-wing parties and movements, and encouraged discussion and new proposals at popular assemblies throughout the region and in online discussion open to the public. More than 3,000 people participated in 70 assemblies and more than 1,700 proposals and amendments were made online with the webpage registering nearly 130,000 hits. The Assembly discussed and voted on the various amendments and agreed on a transitional structure composed of a coordinating body of 120 members and an executive committee of 33 members, each with a one-year mandate to propose an ethical code, statutes, an organizational structure and political options in the unfolding conjuncture.
  4. "La Politica de Comù" in Nous horitzons (New Horizons) No. 215, 2017. Originally titled  Horitzons, the magazine was founded in 1960 in clandestinity and published in Catalan abroad by intellectuals linked to the PSUC. It has been published in Catalonia since 1972. It recently opened its pages to other progressive political tendencies.
  5. Albano Dante Fachin, member of the Catalan parliament, is the head of Podem (the Catalan wing of the Podemos party). He opposed the participation of his party in the constituent assembly of Un Pais en Comù thus creating a crisis in the ranks of Podemos at both the Catalan and national levels. Party leader Pablo Iglesias did not disown him, but delegated his national second-in-command Pablo Echenique to represent him in the assembly.
  6. Coalitions of the Catalan left since the transition period of the 1970s have been numerous and complex for the uninitiated. "Iniciativa for Catalonia Verts" dates from 1995 and was composed of the Green party with Iniciativa for Catalonia, itself a 1987 coalition of the left parties around the PSUC and the former Catalan Communist Party. EUIA (United and Alternative Left) is another coalition in 1998 which includes the first two and all the small parties of the radical left. EUIA is the Catalan branch of Izquierda Unida (United Left) the new name of the Spanish Communist Party.
  7. Pasqual Maragall, member and later president of the Catalan Socialist Party, became mayor of Barcelona in 1982 with the support of the elected members of the Unified Socialist Party of Catalonia (PSUC). He remained in this position for almost 15 years without ever having a majority in the municipal council. He then became President of the Catalan government in 2003.
  8. Catalunya Sí que es Pot (CSQP, "Yes Catalonia Is Possible") is a left-wing coalition created in view of the Catalan elections in the autumn of 2015. Barcelona en Comù, itself a municipal coalition, was elected in May 2015 but decided not to run in the autonomous elections.
  9. The election result was no surprise: 'A country in common' founder Xavier Domenech will preside the Executive Committee and Ada Colau, the current mayor of Barcelona, is president of the coordinating body. The membership, via an internet vote, chose on May 20 a new name  preferring "Catalunya en Comù" to "En Comú podem", thus distinguishing itself from  the 2015 Catalan coalition with Podemos, also called "En comu podem" and signalling a reinforcement of the "Barcelona en Comù" wing with respect to the supporters of Podemos in the new entity. The rejection of the earlier name 'Un Pais en Comu' may also denote a desire to distance itself from a pro-independence stance.

Entrevue avec Joan Subirats. Barcelone, 20 avril 2017

Alain Ambrosi et Nancy Thede • • ENGLISH VERSION

Alors que le gouvernement pro-indépendantiste de Catalogne a créé une crise politique en Espagne en se proposant d'appeler à un référendum d'ici la fin de l'année 2017 qu'il soit reconnu ou pas par le gouvernement central, “ Catalogne en commun” se définit comme un nouvel « espace politique » de la gauche catalane au niveau autonomique. Initié sous le nom d'« Un pays en commun » par Barcelona en Comú un peu moins d'un an après son élection à la mairie de Barcelone, le projet a été lancé à la fin octobre 2016 après approbation des instances. Il proposait un court manifeste qui explicitait la nécessité de créer ce nouvel espace et mettait en discussion un « ideario politico » ('projet' politique) de plus de 100 pages selon un échéancier de 5 mois qui devait aboutir à l'assemblée constituante de l'entité le 8 avril.

Le nouveau sujet politique déclare d'emblée être « une formation de gauche et catalaniste avec l'ambition de gouverner qui prétend transformer les structures économiques, politiques et sociales de l'actuel système néo-libéral ». Ce qui fait son originalité dans le panorama politique de la gauche de Catalogne et d'Espagne est sa détermination à pratiquer « une nouvelle manière de faire de la politique, la politique du commun où les personnes et la communauté sont les protagonistes.». Pour ce faire, il se fait fort de son expérience toute récente de gouvernement municipal.

Et pour ceux qui ne voient son émergence que dans le seul contexte référendaire, il affirme : « Le changement de modèle économique, social, environnemental et politique du nouvel espace politique que nous proposons est un changement systémique, profond et révolutionnaire. »

Nous avons interviewé Joan Subirats quelques jours après l'Assemblée constituante. Joan est un universitaire connu tant par ses publications que son engagement politique. Spécialiste des politiques publiques et des questions urbaines, il a publié récemment sur les Communs et sur le nouveau municipalisme. Il est l'un des artisans de Barcelona en Comú et vient d'être élu au comité de coordination de ce qui, depuis le 20 mai, porte le nom de« Catalunya en Comú ».

Joan Subirats (2013)
Source : Directa (youtube) [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

La genèse d'un nouvel espace politique

NT -- Peut-être pourrions-nous commencer par la trajectoire de l'émergence de cette nouvelle initiative. On parle beaucoup du 15M mais il semble que cela remonte plus loin et qu'il y a eu différents courants qui ont contribué à cette émergence.

JS -- Partons de Guanyem[1] qui est à l'origine de Barcelona en Comú. Les premières réunions ont lieu en février mars de 2014 pour préparer les élections de 2015. À peu près au même moment, Podemos décide de se présenter aux élections du parlement européen qui auront lieu au mois de mai 2014. Guanyem se réunit pour préparer les élections municipales de 2015.

Si on remonte un peu plus en arrière que se passe-t-il? Il y a une phase très intense de mobilisations contre l'austérité qui va de 2011 à 2013. Les chiffres du ministère de l'intérieur d'Espagne sur le nombre de manifestations sont spectaculaires. Jamais on n'avait vu autant de mobilisations que celles de ces années. Mais à partir de la moitié de 2013 on sent qu'il y a une limite à la mobilisation sociale qui, à partir du moment où le Parti Populaire a la majorité absolue, n'arrive plus à faire bouger les choses. Apparaît alors au sein des mouvements sociaux la question s’il convient ou pas de faire le saut vers les institutions.

Podemos l'envisage dans le meilleur scénario possible qui est celui des élections au parlement européen puisque ces élections se font par circonscription unique pour toute l'Espagne et le niveau de proportionnalité est très élevé. Avec peu de votes on obtient une forte représentation : sur les 60 députés Podemos avec 1 million de votes, a eu 5 députés. En plus ce sont élections où les gens votent avec beaucoup plus de liberté parce qu'il semble qu'il ne se joue rien d'important, le parlement européen est loin. Ce sont de bonnes élections pour tester l'électorat.

Au contraire ici à Barcelone on a décidé de faire des élections un enjeu central parce qu'il y avait une logique municipaliste.

Cela nous situe avant le cycle électoral qui commence en 2014 avec le parlement européen, se continue avec les élections municipales de 2015 où à Madrid, Barcelone, Saragosse, Pamplona, c'est à dire quatre des 5 plus grandes villes, gagneront des alternatives qui ne sont ni du Parti Populaire, ni du Parti Socialiste, c’est-à-dire, les deux grands partis qui avaient dominé la scène politique depuis le retour à la démocratie en 1977. Ensuite, avec les élections dans les autonomies[2]commence un nouveau cycle politique dans lequel nous sommes.

Si nous allons encore plus loin en arrière et nous situons en 2011. Il y a des cartes qui montrent clairement que là où il y a eu le plus de mobilisations pendant le 15M sont apparues des candidatures municipalistes, citoyennes, etc.

Autant Podemos que les candidats municipalistes se réfèrent tous au 15 M comme le moment fondateur. Mais comme vous le savez le 15 M n'est pas un mouvement, c'est un événement. Il y a une blague qui circule ici de l'étranger qui arrive et demande «Est-ce que je peux parler avec le 15M?» Non, parce qu'il il n'existe pas, il n'a pas de direction. Mais tout le monde lui donne beaucoup d'importance parce qu’il a profondément marqué la politique espagnole depuis. Mais qu'y avait-il avant le 15M?

Il y a en gros quatre grandes traditions qui se sont rejointes dans le 15M. Un tradition plus ancienne qui est celle des anti-globalistes qui est un mouvement intéressant d'où sortent la plupart des dirigeants politiques actuels et qui avait des formes de mobilisations différentes des formes traditionnelles.

L'autre mouvement tout aussi important est le “Free Culture Forum”, mouvement de culture libre lié à l'apparition d'internet qui à Barcelone a été très puissant avec des personnes comme Simona Levi ou Gala Pin qui est maintenant une des commissaires à la mairie. C'est important de savoir que la culture digitale des réseaux est là depuis le début dans le processus, chose qui n'a pas été le cas partout.

Le troisième mouvement qui est essentiel est la Plateforme des personnes affectées par l'hypothèque (PAH). Il es né en 2009 et avait été précédé par « V de Vivienda (logement)» (S'inspirant du titre du film « V de vendetta ») avec déjà Ada Colau et d'autres qui tentaient de démontrer que les jeunes étaient exclus de l'émancipation sociale parce qu'ils n'avaient pas accès au logement. Le slogan qui s'utilisait alors était : « Tu ne vas pas avoir de maison dans ta putain de vie !». Les formes de mobilisation étaient aussi très nouvelles. Par exemple ils ont occupés les magasins IKEA en se couchant dans les lits au moment où la publicité était « IKEA : la république indépendante de ta maison ». C'était très jeune, alternatif, style casseur. Mais en 2009 quand se crée la PAH c'est complètement différent parce que les cibles sont alors les immigrants et les personnes qui perdaient leur maison à cause de la crise. Le slogan était : « Ce n'est pas une crise c'est une arnaque!». C’est un mouvement très important parce que c'est celui qui fait la connexion pas seulement avec les jeunes mais avec un type de population plus ouvrière, traditionnelle et d'immigrants. Au moment du 15M ici sur la place de Catalogne l'unique grande pancarte autour de laquelle on voyait des personnes différentes de la moyenne était celle de la PAH.

Et le quatrième mouvement qui était le plus propre au 15M est « la jeunesse sans futur ». Organisés principalement à Madrid, ce sont des jeunes avec un profil typique de la classe moyenne en études supérieures à l'université qui se sont soudainement rendu compte qu'ils ne trouveraient pas d'emplois, qu'il n'était pas vrai que leurs diplômes leur ouvriraient les portes, qu'ils étaient dans un état précaire .

Donc, ce sont ces quatre principaux courants qui sont dans le 15M. Mais bien évidemment ce qui a fait le «clic» et le plus surprenant de ce moment a été que ces 4 grandes tendances - qui n'étaient pas si importantes - ont été rapidement dépassées par le succès du mouvement qu'ils ont commencé quand de nouvelles personnes qui ont compris ce que signifiait cet événement se sont spontanément associées. C’est ce qui a vraiment créé le phénomène 15M. Il ne s'agissait pas seulement de ces groupes initiaux comme ça été le cas de «Nuit debout» à Paris, où les gens occupaient la place mais sans qu'on ait jamais senti que les leaders étaient dépassés par le mouvement.

Ainsi, lorsque les places sont évacuées, la consigne est «Allons dans les quartiers!». Tout à coup, dans les quartiers de Barcelone et de Madrid, des assemblées ont été organisées où les anciennes associations de quartier qui étaient devenues obsolètes avec une faible capacité de mobilisation et dont les membres étaient plus âgés (ma génération) rencontraient de nouveaux venus qui ont apporté de nouveaux thèmes de discussion comme l'écologie, l'énergie, le transport en bicyclettes, les coopératives, l'eau et mille choses différentes et qui ont créé de nouveaux espaces dans les quartiers où personne n'avait jamais pensé à se rencontrer et où les habitants ont recommencé à se réunir.

Je pense que cela explique la ré-émergence du municipalisme qui a suivi: les gens commencent à voir la ville comme un lieu où les changements sociaux divers des nombreuses mobilisations qui se déroulent isolément de manière parallèle et n'ont pas d'espace commun peuvent être articulés à l'échelle du territoire : L'eau en tant que bien commun, la transition énergétique, le transport durable, la santé publique, les espaces publics, l'éducation infantile ... Tout à coup, il y avait quelque chose qui rassemblait les gens pour discuter de la ville, de quelle ville nous voulons. David Harvey mentionne dans un article que la ville est en fait l'usine de notre temps. C'est-à-dire que nous n'avons plus d'usines et la ville est le nouvel espace où les conflits apparaissent et où la vie quotidienne devient politisée : des problèmes comme les soins, la nourriture, la scolarité, les transports, les coûts énergétiques. C'est un nouvel espace pour articuler ces questions, une articulation qui n'avait pas été précédemment envisagée.

Je pense donc que là est la connexion: le 15-M comme un moment de débordement, la fin d'un cycle de mobilisation. Rappelez-vous qu'il y a eu une pétition qui a recueilli plus d'un million et demi de signatures pour modifier la législation sur les prêts hypothécaires, qu'Ada Colau a présenté au Congrès national où elle a accusé les députés du PP d’assassins à cause de ce qu'ils faisaient. Cette mobilisation n’a eu aucun effet dans la loi. Un député du PP a alors déclaré “Si ces gens-là veulent changer les lois, qu’ils se fassent élire.” Donc les gens ont commencé à penser ‘D’accord, si c’est comme ça on va se faire élire!’ C'est le début du changement de cycle de 2014. Et les 4 mêmes mouvements du 15M étaient présents dans les réunions pour créer Guanyem et plus tard Barcelona en Comú, surtout ceux de la PAH. Il y avait aussi la participation d’un certain nombre d’intellectuels progressistes universitaires et autres et des militants de mouvements sur l’eau, le transport, l’énergie et autres. C’était le noyau de départ ici à Barcelone - à Madrid c’était différent, la génération Podemos y avait une logique distincte.

Ici nous voulions créer un mouvement de la base vers le haut et éviter une logique de coalition de partis: c’était très clair des le départ. Nous ne voulions pas reconstruire la gauche sur la base d'ententes entre les partis. Dans le cas de Podemos c’était distinct: la leur était une logique coup de poing, ils voulaient créer un groupe très puissant avec beaucoup d’idées dans un court laps de temps pour créer une machine de guerre électorale qui pourrait mener “l’assaut des cieux”[3] et prendre le pouvoir. Ici, au contraire, nous envisagions un processus plus long de construction d’un mouvement citoyen qui imposerait ses conditions aux partis. On commencerait au niveau des municipalités et après, on verrait.

Guanyem a été lancé en juin 2014, onze mois avant les élections municipales de 2015, et on a proposé un programme minimal en 4 points disant:

  1. “On veut reprendre la ville”, elle est en train d’être enlevée des mains des citoyens; des gens d’affaires viennent et parlent de ‘business-friendly’, de ‘ville globale’ de reconstruire le port pour accueillir des yachts. Ils exproprient la ville, nous en avons perdu le contrôle;
  2. On est dans une situation d’urgence sociale et beaucoup de problèmes ne reçoivent pas de réponse;
  3. Nous voulons que les citoyens aient la capacité de décider sur ce qui se passe dans la ville, donc une co-production des politiques, une participation plus intense des citoyens dans les élections municipales;
  4. Nous voulons moraliser la politique: ici, les points principaux sont la non-répétition des mandats, des limites aux salaires des élus, des mesures contre la corruption, pour la transparence, etc.

On a donc présenté cette plateforme en juin 2014 et nous avons décidé que nous nous donnerions un délai jusqu’en septembre pour recueillir 30,000 signatures en appui à ce manifeste et, si on réussissait, nous présenterions des candidats aux élections municipales. En un mois nous avons recueilli les 30000 signatures! En plus de recueillir les signatures en personne et en ligne, nous avons organisé des assemblées de quartier pour présenter le manifeste; on a tenu 30 ou 40 de ces assemblées où on a dit “On a pensé à telles et telles priorités, à cette manière de fonctionner, etc. qu’en dites-vous?” Bref, en septembre 2014, nous avons décidé d’aller de l’avant.

Une fois prise la décision de présenter une liste électorale, nous avons commencé à discuter avec les partis. Mais là on était en position de force avec 30000 personnes qui nous appuyaient et la dynamique dans les quartiers. En décembre 2014 nous nous sommes mis d’accord avec les partis pour créer Barcelona en Comú. On voulait qu’il porte le nom de Guanyem mais quelqu’un d’autre avait déjà enregistré ce nom, donc on a eu beaucoup de discussion sur un nouveau nom, il y a eu plusieurs propositions: “Revolucion democratica”, “Primavera democratica” (Printemps démocratique), l'idée des communs a semblé intéressante et je l'ai poussée car elle faisait le lien avec le mouvement des communs, avec l’idée d'un “Public” qui n’est pas limité à l’institutionnel. C’était là un aspect clef. C’était important aussi que lors des élections municipales antérieures en 2011 seulement 52% des gens avaient voté, l’abstention était plus élevée dans les quartiers pauvres que dans les quartiers nantis. On a calculé qu'une augmentation de la participation de 10% dans les quartiers pauvres affectés par la crise nous permettrait de gagner. C'est ce qu'on a visé et c’est ce qui est arrivé. En 2015, le taux de participation a été de 63%, mais dans les quartiers pauvres la participation a augmenté de 40%. Dans les quartiers riches, le même nombre a voté qu’en 2011. Ainsi, notre pari n’était pas impossible. Dès le départ, notre objectif était de gagner. Nous n’avions pas construit cette machine pour être l’opposition, nous voulions gouverner. Le résultat a été serré, puisque nous avons gagné 11 des 41 sièges, mais nous étions la liste la plus avec le plus de votes et nous avons été élus. L'espace existait donc.

Dès la création de Guanyem en juin 2014, d’autres mouvements similaires apparaissaient un peu partout en Espagne sous le nom de Guanyem ou En commun : en Galicie, en Andalousie, à Valencia, Saragosse, Madrid. L’un de nos grands avantages à Barcelone est le fait que nous avions Ada Colau, parce qu’il est essentiel d’avoir un dirigeant incontesté qui est en mesure de réunir tous les morceaux du mouvement: les écologistes, les travailleurs de la santé, de l’éducation…Elle avait indiscutablement cette capacité d'articulation et sa seule présence explique beaucoup de choses. À Madrid ils ont trouvé Manuela Carmena, excellent symbole anti-franquiste avec un parcours judiciaire important, elle est très populaire mais elle n’a pas ce contact avec les mouvements et maintenant ils ont beaucoup plus de problèmes de coordination politique qu’ici.

Un sujet politique nouveau dans la nouvelle ère politique

AA -- Catalunya en comú se veut un nouvel espace politique de gauche, mais l’histoire récente de la Catalogne foisonne de ce type de coalitions. On pense notamment au PSUC[4] en 1936, mais il y en a eu beaucoup d’autres depuis. Qu’a de différent cette initiative?

JS -- Si on élargit la perspective et regardons plus globalement, je pense que ce qui justifie l'idée qu'il s'agit d'un nouvel espace politique est le fait que le moment est nouveau. Nous sommes dans une nouvelle ère. Il est donc très important de comprendre que si ce nouveau moment politique reproduit les modèles et les paradigmes conceptuels de l'ancienne gauche et du fordisme de la fin du XXe siècle, nous n'aurons pas progressé du tout. La crise de la social-démocratie est aussi une crise d'une manière de comprendre la transformation sociale avec des clefs qui n'existent plus. En conséquence, la mesure du succès de ce nouvel espace politique n'est pas tant dans quelle mesure elle peut rassembler diverses forces politiques, mais plutôt sa capacité à comprendre ce nouveau scénario dans lequel nous nous trouvons. Un scénario où la transformation numérique change tout, où nous ne savons plus ce qu'est le «travail», où l'hétérogénéité et la diversité sociales apparaissent comme des facteurs non pas de complexité mais de valeur positive, où la structure des générations ne fonctionne plus comme avant, où tout est en transformation. Nous ne pouvons plus continuer à appliquer des schémas qui sont des «concepts zombies», mort-vivants, comme le disait Ulrich Beck. Nous forçons la marche avec nos sacs à dos bourrés de concepts du vingtième siècle, en les appliquant à des réalités qui n'ont plus rien à voir avec eux. Il est facile de voir les défauts des concepts anciens et traditionnels, mais il est très difficile d’en construire de nouveaux parce que nous ne savons pas vraiment ce qui va se passer ni où nous nous dirigeons. Le débat en France entre Valls et Hamon est un exemple. Selon un résumé dans Le Monde, Valls a soutenu qu'il serait possible de revenir à une situation de plein emploi et Hamon a dit que c'était impossible, qu'il faut aller vers une allocation universelle de base. En fin de compte, Hamon est plus proche de la vérité que Valls, mais Hamon n'est pas capable de l'expliquer de manière crédible. Et c’est en effet très difficile de l'expliquer de manière crédible. Ici, quand nous parlons des communs et d'une sphère publique non institutionnelle, nous revendiquons plus de présence de l'administration publique alors que cela ne serait probablement pas nécessaire. Mais comme nous n'avons pas une idée claire de comment construire du nouveau, nous agissons toujours comme des esclaves de l'ancien. C'est là où je pense que le concept du commun, du coopératif, du collaboratif, les idées nouvelles concernant l'économie numérique sont plus difficiles à structurer parce que nous sommes également conscients que le capitalisme n'est plus seulement industriel ou même financier mais qu’il est maintenant numérique et il contrôle tous les réseaux de transmission de données et du même coup les données elles-mêmes, qui sont probablement la richesse du futur. Donc, bien sûr, nous pouvons faire des choses vraiment intéressantes à Barcelone mais en face il y a GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) qui a ses propres logiques et cela complique les choses.

Pour ce nouveau sujet politique que nous voulons créer, il est évident que nous avons besoin de quelque chose de nouveau mais ce qui n'est pas si évident sont les concepts dont nous avons besoin pour créer ce nouveau sujet. Donc, si vous regardez les documents publiés par “Catalunya en Comú”, c'est ce que vous verrez: un langage différent, une autre façon d'utiliser les concepts, mais en même temps une trace de l'héritage de la gauche traditionnelle.

Le journal « Nous Horitzons » vient de publier un nouveau numéro spécial sur « La politique en commun » qui rassemble beaucoup de ces éléments[5]. L'impression que certains d'entre nous avaient dans l'assemblée l'autre jour à Vall d'Hebron (l’assemblée de fondation du mouvement) était que les anciennes façons continuent à nous plomber, qu'il y a beaucoup de difficulté à générer une dynamique innovante.

NT -- C'était clair dans la composition du public.

JS -- Oui bien sûr parce que les gens de Podemos n’y étaient pas. Ils ne sont venus pour diverses raisons: probablement parce que beaucoup n'étaient pas d'accord avec Albano-Dante[6] mais ils ont vu aussi qu'il y avait beaucoup de problèmes et donc ils ont préféré ne pas venir. C'est le genre de public qui non seulement remplit les salles mais en modifie également la dynamique et comme les organisations qui prédominaient (Iniciativa o EUIA) étaient d'un type plus traditionnel, il y avait dans cette assemblée probablement plus d'ancien que de nouveau. C'est un peu inévitable et ce que nous devons faire maintenant, c'est de voir si nous pouvons changer cette dynamique.

AA --Quand on lit l' « Ideario politico » (le projet politique de Catalunya en Comú), c'est une sorte de leçon d'économie politique et de philosophie politique mais aussi un vaste programme. La gauche n'a jamais présenté ce type de programme que ce soit en Catalogne, en Espagne ou même probablement à l'échelle internationale. Comment voyez-vous la contribution de ces propositions dans l'écosystème du mouvement des communs? Il y a eu des expériences des communs qui ne portaient pas ce label, comme en Amérique latine par exemple ...

JS -- Oui, en Catalogne, le mouvement anarcho-syndicaliste ...

AA -- Bien sûr, mais plus récemment, l'idée de 'Buen Vivir' ...

JS -- Oui, mais en Amérique latine, tout tourne autour de l'État. Ici, nous essayons de ne pas être centrés sur l’État. Nous essayons d'éviter l'idée que la seule transformation possible dépend de l'Etat.

AA -- Mais dans l' «Ideario», beaucoup des propositions sont consacrées aux services publics, ce qui implique une certaine forme d'État. Dans le vocabulaire des communs, il y a le concept d'«État-partenaire» qui n'apparaît pas dans l'Ideario ...

JS -- Oui, il y a une nuance: la résilience de la nouvelle politique dépend davantage de la capacité de créer des espaces collectifs - publics, collectifs, communs - musclés que de l’occupation des institutions. Mais sans l'occupation des institutions, il est très difficile de construire ces espaces. L'exemple qui me vient à l'esprit est celui de Copenhague. Ce sont les coopératives des travailleurs des syndicats qui ont construit les grandes coopératives d'habitation aujourd'hui existantes et plus tard, le gouvernement municipal, lorsque la gauche était au pouvoir, a construit beaucoup de logements publics. Quand un gouvernement de droite est arrivé au pouvoir, il a privatisé tout le logement public, mais il ne pouvait pas privatiser les coopératives. Donc, en fin de compte, les choses strictement étatiques sont plus vulnérables que lorsque vous créez une force collective. Donc, si nous sommes en mesure de bénéficier de ces espaces afin de construire du «muscle collectif» en utilisant notre présence dans les institutions, cela finira par être plus résilient, plus stable au fil du temps que si nous mettons tous nos œufs dans le panier de l'Etat. Ainsi, le gouvernement de la ville de Barcelone a des centres sociaux civiques qui sont de propriété municipale, mais ce qui est important c'est de réussir à faire en sorte que ces centres soient contrôlés par la communauté, que chaque communauté les approprie et que, même si la propriété est officiellement de la municipalité, ils soient gérés dans un processus communautaire. Donc, vous devez construire dans la communauté un processus d'appropriation des institutions qui finit par être plus fort que si tout dépendait de l'État. Comment le gouvernement de la ville peut utiliser ce que nous appelons maintenant le patrimoine citoyen, ses propriétés, maisons, bâtiments et peut les céder pendant une certaine période afin de construire des espaces collectifs. Par exemple, 8 sites de construction qui appartiennent à la municipalité ont été mis aux enchères aux baux de 100 ans pour les organismes communautaires pour construire des coopératives d'habitation. Cela ne retire pas la propriété de la sphère publique et, en même temps, ça génère de la force collective. Mais un certain secteur de la gauche politique ici, la CUP, critique cela comme une privatisation de l'espace public. Ils pensent que Barcelona en Comú devrait construire plutôt des logements publics appartenant à l'État. C'est une grande différence. Et les gens sont conscients de cela, mais en même temps, il y a des doutes quant à savoir si cela a du sens, s’il y a une force suffisante au sein de la communauté pour que cela fonctionne. La critique la plus courante que nous entendons est du style «vous avez une idée du public, du collectif, du commun, qui implique des capacités qui ne sont présentes que dans les classes moyennes qui ont la connaissance, la capacité organisationnelle, etc.” C'est donc une vision très élitiste du collectif parce que cela suppose que les secteurs populaires, sans le soutien de l'Etat, ne pourront pas le faire. Bien, nous allons essayer d'y voir afin ça puisse fonctionner, mais nous ne voulons pas continuer à convertir le “public” en “étatique”.

Nancy Fraser a écrit un article sur le triple mouvement à partir du travail de Polanyi sur le «double mouvement» dans la Grande Transformation, le mouvement vers la marchandisation et le mouvement opposé qu’il génère de protection. Polanyi parle de la confrontation de ces 2 mouvements au début du XXe siècle, et l'Etat - sous sa forme soviétique ou sous sa forme fasciste - est une réponse protectionniste de la société qui exige une protection face à l'incertitude, à la fragilité engendrée par le double mouvement. Nancy Fraser dit que tout cela est vrai, mais nous ne sommes plus au 20ème siècle, nous sommes au 21ème siècle et des facteurs comme l'émancipation individuelle, la diversité, le féminisme sont tous très importants - nous ne devrions donc pas prôner un mouvement protectionniste qui restera patriarcal et hiérarchique. Nous avons besoin d'un mouvement de protection qui génère de l'autonomie. Et là réside ce que je pense être l'une des clés du mouvement des communs. L'idée de pouvoir se protéger - donc, une capacité de réaction contre la dynamique des attaques du marché - sans perdre la force de la diversité, de l'émancipation personnelle, du féminisme, du non hiérarchique, du non patriarcal - l'idée que quelqu'un décide pour moi ce qu'il faut faire et comment je serai protégé. Permettez-moi de m'auto-protéger, permettez-moi d'être un protagoniste de cette protection. Et cela est contradictoire avec la tradition centrée sur l’État.

Économie des communs, participation et co-production de politiques

AA -- Le premier thème de l'«Ideario» est l'économie. Vous êtes un économiste. Comment se traduit le programme économique en termes de communs? On discute beaucoup actuellement sur le «coopérativisme ouvert» mais ce que vous dites au sujet du mouvement coopératif ici, est qu’il est très fort mais pas suffisant ...

JS -- Sous certains aspects, non. Par exemple, la ville voulait ouvrir un nouveau contrat pour les communications (téléphone, internet) qui sont aujourd'hui avec de grandes entreprises comme Telefonica, Movistar, Vodafone, Orange, etc.. Il existe une coopérative appelée «Som Connexion» (Nous sommes connexion) et une autre «Som Energia» (Nous sommes énergie), beaucoup plus grande qui compte 40 000 membres. Ce serait fantastique que la ville leur donne le contrat d'énergie ou de communication, mais elles ne sont pas capables de gérer cela en ce moment. Si elles le prenaient, nous aurions tous de grands problèmes: connexions défectueuses, manque de puissance électrique - parce qu’elles grandissent c’est sûr, mais elles n'ont pas encore le «muscle», la capacité qu'il faut pour cela.

Nous devons donc continuer à investir dans ce domaine, il ne se résoudra pas de lui-même.

D'autre part, dans d'autres domaines, nous avons des coopératives très fortes comme les services à domicile pour les personnes âgées, ou encore Abacus, une coopérative de distribution de livres qui compte 800 000 membres et il en existe d’autres. Mais en général, plus la coopérative est forte, moins elle est politisée. Elles ont tendance à se transformer en grandes entreprises de services. Mais aujourd'hui, elles comprennent que peut-être il serait de leur intérêt d'avoir une vision différente. Il y a eu un mouvement très politisé dans les coopératives de base qui est à l'opposé de la tendance entrepreneuriale des grandes coopératives. Nous sommes donc en ce moment dans la situation où, avec une tradition coopérative très forte, il existe des coopératives très grandes et très puissantes et il y a aussi des projets plus petits, plus politiques, mais qui n'ont pas encore suffisamment de muscle.

AA -- Lorsqu’on regarde la participation, la coproduction des politiques, c'est aussi une question de culture, une culture de coproduction qui n'existe pas. Dans les quartiers, oui, il y a une tendance à revigorer la participation, mais quand on parle aux gens dans les comités au niveau local, ils disent: "Bien sûr, les gens viennent aux réunions, mais parce qu'ils veulent un arbre planté ici ..." et ils n’ont pas cette vision du ‘faire ensemble’. Tout d'abord, il doit y avoir une sorte de révolution culturelle ?

JS -- Il y a des endroits où il y a eu une tradition communautaire plus forte qui seraient plus à même de s'y engager. Certains quartiers comme Roquetes, par exemple, ou Barceloneta ou Sants, ont des traditions associatives très fortes. Si vous allez à Roquetes à la réunion du plan communautaire, tout le monde y est: les personnes du centre de services médicaux primaires, les médecins, les écoles, la police locale, les travailleurs sociaux. Ils tiennent des réunions toutes les 2 semaines, ils savent tout ce qui se passe dans le quartier et ils se concertent sur des problèmes : «nous avons détecté ce cas, comment pouvons-nous y faire face? etc.” . Le tissu communautaire dans ces quartiers fonctionne très bien. Alors la question est: que peut-on ajouter à ce tissu afin qu'il puisse aller un peu plus loin?”

Ailleurs, dans d'autres quartiers comme Ciutat Meridiana, en 5 ans, 50% de la population a changé et il est très difficile de créer une communauté là où le niveau d'expulsions de logements et de changement est si élevé. Dans Sants, à Ca Batlló, il y a une expérience très intéressante où les gens veulent créer un quartier coopératif et il y a toute une polémique parce qu'ils veulent créer une école publique sans utiliser de fonds publics mais avec l'argent des participants eux-mêmes. La tradition coopérative à Sants est très anarchiste, libertaire et ils font la promotion de l'idée d'une école publique ouverte à tous, mais sans utiliser des fonds publics. Elle aurait sa propre philosophie éducative, et n'aurait pas à se soumettre à la discipline éducative. Des groupes dédiés à l'éducation partagée sont apparus dans différents quartiers où il n'y a pas d'école maternelle pour les enfants de 0 à 3 ans ou certains préfèrent ne pas emmener les enfants dans les écoles préscolaires publiques parce qu'ils les trouvent trop rigides, alors ils préfèrent s'organiser entre parents pour générer des solutions. Alors, quel devrait être le rôle du gouvernement de la ville à l'égard de ces initiatives? Devrait-il les faciliter ou non? Il y a un débat sur la façon de positionner la municipalité par rapport à ces initiatives qui sont intéressantes, mais lorsque, au sein de Barcelona en Comú ou Catalunya en Comú, la personne responsable de ces questions adhère à une perspective syndicale plus traditionnelle et dit "Ça n’a pas de sens, ce qu'il faut faire c'est créer des écoles publiques avec des enseignants qui sont des fonctionnaires publics. Ces expériences sont bonnes pour les zones gentrifiées”. Et ces gens ont en partie raison.

Nous sommes donc dans ce genre de situation un peu ambivalente. Nous sommes conscients que nous devons aller au-delà d'une approche axée sur l’État, mais en même temps, nous devons être conscients que si nous ne renforçons pas le rôle institutionnel, les fragilités sociales sont très aiguës.

Les communs et les questions de souveraineté, inter-dépendance et “droit à décider”.

AA -- Une autre question très débattue est celle de la souveraineté. La manière dont elle est présentée dans l'Ideario est critiquée à droite comme à gauche à la fois par ceux qui veulent une Espagne unifiée et par ceux qui veulent l'indépendance catalane. Pour beaucoup, la souveraineté est une façon déguisée de parler de l'indépendance. Mais la façon dont elle est présentée dans l'Ideario est plus complexe, liée à l'autonomie.

JS -- Exactement: c'est au pluriel, en minuscule et au pluriel: les souverainetés. L'idée est un peu comme ce que j'ai dit plus tôt sur la ville, que nous voulons reprendre la ville. Nous voulons récupérer la capacité collective de décider de ce qui nous affecte. Donc c’est bien de parler de la souveraineté de la Catalogne, mais il faut aussi parler de la souveraineté numérique, de la souveraineté de l'eau, de la souveraineté énergétique, de la souveraineté du logement: souveraineté dans le sens de la capacité de décider sur ce qui nous affecte. Nous n’avons donc pas à attendre jusqu'à ce que nous ayons la souveraineté catalane pour nous attaquer à tout cela. Et cela a des effets évidents à tous les niveaux. Par exemple, nous essayons de développer une carte de transit qui serait valable pour toutes les formes de transport en commun - comme l'Oyster à Londres et beaucoup d'autres villes en ont - une carte électronique que vous pouvez utiliser pour le train, le métro, le bus. La première chose que le gouvernement de la ville de Barcelone a fait était de poser la question «Qui sera le propriétaire des données? » C'est une question de souveraineté. L'entité qui contrôle les données sur qui se déplace et comment dans la métropole de Barcelone, possédera un stock incroyable d'informations d’une valeur commerciale évidente. Est-ce que cela appartient à la société qui incorpore la technologie? Ou les données appartiendront-elles à la municipalité et la municipalité fera d’elles ce dont elle a besoin? Actuellement, on est en train d’installer des compteurs d'électricité numériques et des compteurs d'eau numériques: mais à qui appartiennent les données? Parce que ce sont des concessions publiques, des concessions aux entreprises afin qu'elles fournissent un service public mais qui possède les données? C'est un enjeu central. Et la question de la souveraineté est présente dans de nombreux autres domaines comme la souveraineté alimentaire par exemple. Nous voulons veiller à ce que, à l'avenir, Barcelone soit moins dépendante de l'extérieur pour ses besoins alimentaires, dans la mesure du possible. Donc, vous devez travailler pour obtenir des produits alimentaires locaux, contrôler les produits qui entrent - et cela implique une souveraineté alimentaire, cela implique de discuter de tout cela. Donc, sans dire que la souveraineté de la Catalogne n'est pas importante, nous devons discuter des autres souverainetés. Parce que, supposons que nous atteignons la souveraineté de la Catalogne en tant qu'État indépendant, mais nous sommes encore très dépendants dans tous les autres domaines. Nous devons faire face à cela. Je ne crois pas que c’est une façon d'éviter le problème, c'est un moyen de rendre la question plus complexe, de comprendre qu'aujourd'hui, la notion westphalienne de souveraineté de l'Etat n'a plus beaucoup de sens. Je pense que nous sommes tous d'accord là-dessus. Nous sommes très interdépendants, alors, comment choisissons-nous nos interdépendances? Cela devrait être la véritable souveraineté: ne pas vouloir être indépendant parce que c'est impossible, mais plutôt comment mieux choisir les interdépendances afin qu'elles aient du sens pour le bien public.

AA -- Parlant d'interdépendance, vient la question de l'internationalisme. Barcelona en Comú y met beaucoup l'accent en disant : «Il n'y a pas de municipalisme sans internationalisme». Dans son discours inaugural en 2015, Ada Colau a déclaré vouloir construire un mouvement des Villes de la Méditerranée. Depuis l'approche s'est précisée et élargie avec la participation de Barcelone dans les principales conférences internationales des villes. Quelle est, d’après vous, l'importance de cet internationalisme dans l’écosystème des communs?

JS -- Il y a 2 aspects clés pour moi. Tout d'abord, les villes sont clairement l'espace politique et de convergence sociale le plus global qui existe. En apparence, lorsque nous parlons de villes, nous parlons de quelque chose de local, mais les villes sont en réalité très globalisées. Benjamin Barber a écrit un livre sur «Pourquoi les maires devraient gouverner le monde». Et il a donné ce qui me semble très bon un exemple: si le maire de Montréal rencontre Ada et le maire de Nairobi et le maire de Santiago du Chili et le maire de Hong Kong, après 5 minutes ensemble, ils parleront des mêmes choses. Parce que les problèmes des villes sont très semblables d'un endroit à l'autre malgré les différences d’échelle. Des questions d'énergie, de transport, d'eau, de services, de nourriture ... Si nous essayons d'imaginer cette même réunion entre les chefs d'État de ces mêmes pays, la complexité des systèmes politiques, les traditions culturelles, les modèles constitutionnels, etc., font qu'il sera beaucoup plus complexe d'arriver à une approche commune. Cela ne signifie pas que les villes sont les acteurs qui vont résoudre le changement climatique, mais certainement le fait que Oslo, Copenhague, Amsterdam, Barcelone et Paris conviennent qu'en 2025 il n'y aura plus de voitures diesel circulant aura plus d'impact qu'une réunion des chefs d'État. Avec AirBnB, Barcelone est en constante confrontation, la ville a leur a mis une amende de 600 000 euros, mais Barcelone seule ne peut pas combattre AirBnB. Mais New York, Paris, Londres, Amsterdam et Barcelone sont parvenus à un accord pour négocier conjointement avec AirBnb et, ensemble, ces cinq villes peuvent le faire. C'est beaucoup plus un problème des villes que des États. Et AirBnB utilise le numérique pour occuper des espaces peu normés. C'est ce qui arrive aussi avec Uber, Deliveroo et d'autres plateformes de l'économie dite «collaborative» mais qui est plutôt une économie extractive: ils utilisent les vides réglementaires. Les personnes qui travaillent pour Uber ou Deliveroo ne sont pas des employés, ce sont des entrepreneurs indépendants mais qui travaillent dans des conditions du 19ème siècle. S'attaquer à ce problème à partir de la ville peut produire de nouvelles solutions.

Je pense que lorsque nous avons décidé en 2014-2015 de tenter de travailler au niveau municipal à Barcelone, nous savions que Barcelone n'est pas n'importe quelle ville: Barcelone avait déjà une présence internationale importante et nous voulions utiliser cela pour exercer une influence internationale sur les enjeux urbains dans le monde entier. Ada Colau a participé à la conférence d'Habitat à Quito en octobre 2016, et avant cela à la réunion des autorités locales à Bogota, elle est maintenant co-présidente de l’Union mondiale des municipalités. Il y a donc un investissement qui n'a pas débuté avec nous, il a commencé dans la période où Maragall[7] était maire, un investissement très élevé de participation de Barcelone dans cette sphère internationale des villes. Cela renforce Barcelone dans ses confrontations avec l'Etat et avec l'entreprise privée aussi. Cela joue un rôle important. Il existe une commission internationale au sein de Barcelone en Comú qui travaille constamment avec d'autres villes dans le monde: ils sont allés en France, ils ont un lien étroit avec Grenoble et vont à une réunion des villes françaises en septembre pour discuter d'une collaboration potentielle, ils vont souvent en Italie, ils sont allés à Belgrade, en Pologne. Ils organisent au mois de juin la réunion Fearless cities (Villes sans peur) avec la présence de plusieurs maires européens et d’ailleurs au monde.

La dimension globale est donc très présente, et au niveau de l'Espagne aussi. Le problème est qu'il y a des interférences politiques. Par exemple à Madrid, le regroupement municipal “Ahora Madrid” est très divisé à l'interne, alors parfois vous vous adressez à un groupe et les autres n'aiment pas ça. Nous avons de très bonnes relations avec la Galicie: La Coruña et Santiago de Compostela, également avec Valencia, mais Valencia a sa propre dynamique. Saragosse. Chaque ville a sa propre dynamique, il est parfois compliqué d'établir des relations suivies.

AA -- Qu'en est-il de Cadix?

JS -- Bien sûr, Cadix fait également partie de cette tendance, mais le groupe fait partie de la faction anticapitaliste de Podemos. Il y a toujours des nuances.

NT -- Vous aviez mentionné 2 points concernant l'internationalisme ...

JS -- Oui, d'abord, il y avait la perspective mondiale générale sur les villes et la seconde est l'intérêt concret et propre de Barcelone. La première est plus globale, c'est-à-dire que n'importe quelle ville dans le monde a aujourd'hui beaucoup plus de possibilités si elle veut jouer un rôle stratégique mondial et, si elle veut renforcer sa position, elle doit fonctionner au niveau mondial.

Dans le cas de Barcelone, il y a aussi une volonté qui est traditionnelle, parce qu’elle a commencé avec Maragall. Il faut se rappeler qu’ici à Barcelone il y a 10 districts, et pendant la guerre des Balkans, Maragall a créé le District 11, qui était Sarajevo: les techniciens de la ville sont allés travailler à Sarajevo et, encore aujourd'hui, il y a des techniciens municipaux qui se rendent régulièrement à Gaza ou à La Havane pour y travailler. En d'autres termes, il y a un engagement internationaliste clairement établi dans la municipalité. En outre, le siège de l’“Union mondiale des gouvernements locaux” est à Barcelone. Le siège international de “Educating Cities” est à Barcelone. Il y a donc toujours eu une volonté d'être présent sur la scène internationale depuis Maragall, Cela se poursuit aujourd'hui mais avec une nouvelle orientation politique. Peut-être il y avait avant l'idée d'exporter le modèle de Barcelone, de ‘vendre’ la “marque Barcelone” mais ce n'est plus le cas. Il y a une organisation très intense à l'échelle mondiale, si Ada acceptait toutes les invitations qu'elle recevait, elle serait probablement tout le temps en voyage.

AA -- Pour revenir à la question de la souveraineté versus l'indépendance et du droit à décider, comment cela se joue-t-il dans la conjoncture politique catalane et espagnole actuelle ?

JS -- La question de l'indépendance est très complexe avec des positions différentes. Je pense qu'il y a un accord général sur 3 points :

  1. La Catalogne a son propre démos et donc est un sujet politique qui doit être reconnu,
  2. il doit pouvoir décider comment s'articuler avec les autres sujets politiques dans l’Espagne et en Europe, il doit avoir le droit, la capacité de décider;
  3. cela nécessite la construction d'un État propre.

C'est sur le quatrième point que nous ne sommes pas d'accord: cet État doit-il être indépendant ou être, d'une manière ou autre, allié, confédéré avec le reste de la péninsule ibérique, avec l’Espagne, le Portugal ou avec l'Europe ?

Mais les 3 points initiaux sont suffisamment importants et c'est pourquoi Un Pais en Comú et Barcelona en Comú font partie du large espace souverainiste en Catalogne. Cependant, ils ne font pas une partie de l'espace indépendantiste. Malgré le fait que, selon moi, environ 30 à 40% des membres sont indépendantistes et le reste ne le sont pas. C'est un enjeu qui nous divise. Mais ce que nous essayons de faire, c'est de mener ce débat sur la base de nos propres critères, pas sur ceux d'autres mouvements. Les critères des autres sont « vous êtes indépendantiste ou pas ». Nos critères à nous sont: oui, nous sommes souverainistes, nous discutons des souverainetés et nous verrons. Puisque nous sommes d'accord sur ce qui est le plus important (c'est-à-dire - un sujet politique autonome, le droit à décider, un état autonome), discutons comment nous pouvons nous coordonner. En plus, nous avons des relations fraternelles avec 4 millions de personnes dans le reste de l'Espagne qui sont d'accord avec nous sur les 3 premiers critères. Donc, la question clé serait probablement: la Catalogne veut-elle se séparer du reste de l'Espagne ou de cette Espagne? La réponse standard serait «Nous n'avons jamais connu d'autre. Nous avons toujours vu la même Espagne, donc il n'y a pas d'autre Espagne ». Donc, le débat que nous pouvons avoir est sur «Oui, une autre Espagne est possible». Un peu comme le débat sur quitter ou non l'Europe: voulons-nous quitter l'Europe ou quitter cette Europe? Mais une autre Europe est-elle possible ou non?

Les défis d'un passage à l'échelle

NT -- Je suis frappée par le fait que chaque fois que nous nous référons à l'initiative d'Catalunya en Comú , vous répondez en donnant l'exemple de ce qui se passe à Barcelone: voyez-vous Barcelone comme modèle pour Catalunya en Comú?

JS -- Cela nous plairait mais c'est très difficile. Non, je ne pense pas que c'est le modèle. Il y a même une petite crainte au sein de Barcelona en Comú que cette nouvelle initiative politique peut avoir des conséquences négatives pour Barcelona en Comú. L'expérience de Barcelona en Comú a très bien fonctionné: au sein de BeC, les partis politiques continuent à exister (Podemos, Iniciativa, EUIA, Guanyem)[8] et tous conviennent qu'il faut construire ce sujet politique, car il est clair que les villes développent des rôles de plus en plus importants mais leurs capacités de décider continuent d'être très limitées et, surtout, leurs ressources sont très limitées. Il y a une phrase d'un ancien maire de Vitoria dans le Pays basque qui dit: « Là où mes capacités finissent, mes responsabilités commencent". Il y a un déséquilibre entre les capacités et les responsabilités, entre ce que les villes pourraient faire et ce qu'elles peuvent réellement faire (Villes-refuge et mille autres choses)

Ainsi, à l'intérieur de Barcelona en Comú, on comprend l'intérêt de créer Catalunya en Comú pour avoir une influence sur d'autres paliers de gouvernement. Nous avions présenté des candidats aux élections en Espagne avec “En Comú Podem” parce qu’être représentés à Madrid est également important. Mais bien sûr que parfois, cette expansion peut nous faire perdre l'aspect le plus original, à savoir l'accent mis sur le municipalisme, la capacité de créer ces espaces. Il y a une certaine tension. Et évidemment, lorsque vous allez à l'extérieur de Barcelone en Catalogne, les réalités locales et territoriales sont très différentes. Vous ne contrôlez plus le type de personnes qui se joignent et vous pouvez avoir des surprises bonnes et mauvaises. Il y a donc des doutes, c'est une crise de croissance. Vous devez grandir, mais comment cela affectera-t-il ce que nous avons construit jusqu'ici, nos façons de travailler etc. ?

Si je me réfère toujours à Barcelona en Comú c'est parce que nous existons depuis plus longtemps, nous avons une sorte de «tradition» dans la façon dont nous travaillons. Et quand on voit l'assemblée de fondation de Catalunya en Comú on se pose des questions : Combien de temps allons-nous pouvoir maintenir la fraîcheur, éviter de tomber dans les vices traditionnels des partis politiques? Xavi (Domenech) est un très bon candidat, il a ce que j'appelle un ADN de Guanyem, mais il n'est pas évident que nous pouvons y arriver. Voilà où est le doute.

NT -- Comment évaluez-vous les résultats de l'assemblée de fondation de Catalunya en Comú? Êtes-vous content de ce qui en est sorti?

JS -- Oui, je suis satisfait, même si je ne pense pas que les résultats ont été optimaux. Mais nous sommes coincés par un calendrier politique que nous ne contrôlons pas. Il est très probable qu'il y aura des élections cette année en Catalogne. Alors, aurait-il été préférable de reproduire le modèle Barcelona en Comú: prendre plus de temps et travailler plus à la base, organiser des assemblées sur tout le territoire (nous en avons tenu environ 70 ou 80, mais il aurait été préférable d’en faire beaucoup d'autres); faire les choses plus lentement et regarder autour, construire des liens avec les mouvements locaux, les mêmes qu'à Barcelone mais au niveau de la Catalogne (énergie, eau, etc.); reconstruire le même processus ? Mais c'est évident qu'ils vont appeler des élections ou un référendum en 2 jours. Ce qui est clair, c'est que nous ne voulons pas créer un rejeton politique comme l'a été «Catalunya si que es pot » (Oui, Catalogne est possible)[9] qui était une coalition de partis et qui n'a pas marché. C'est pour cela que le processus - malgré le fait que, je pense, il était bien conçu - n'est pas optimal. Alors je dirais que, dans le cadre des possibles, cela a été accompli avec une beaucoup de dignité.

NT -- Et en ce qui concerne le processus délibératif utilisé pour arriver au document final?

JS -- Dans le fond, la même chose: cela aurait pu être mieux fait, avec des débats plus profonds dans chaque domaine, cela a été fait très rapidement, beaucoup d’enjeux abordés dans une courte période de temps. La tâche était très complexe et je pense que le résultat est digne. Nous avons essayé d'éviter le jargon et les paramètres standardisés, pour en faire un produit différent. Alors maintenant, nous verrons. Hier, l'exécutif s'est réuni pour la première fois et le 13 mai on aura la première réunion du groupe de coordination de 120 personnes[10]. Nous devrons donc voir comment tout cela démarre. Je ne suis pas convaincu que tout sera fonctionnel à temps pour les élections catalanes. Pour moi, la date importante est le mois de mai 2019 qui sont les prochaines élections municipales. Ensuite, nous verrons si cela a vraiment pris forme et si nous pouvons avoir une présence significative sur l'ensemble du territoire. Cette vision territoriale est très importante pour éviter une construction par en haut. L’enjeu central en Catalogne est de le faire avec dignité et de ne pas se laisser piéger dans cette logique dualiste de l'indépendance ou non et être capable de rassembler une force sociale qui choisisse cette option.

NOTES

  1. Guanyem ( « Gagnons! ») est le premier nom donné en 2014 à la coalition qui se présentera aux municipales de 2015. Il deviendra « Barcelone en commun » parce que le nom avait été enregistré par un tiers.
  2. Les élections autonomiques sont les élections des 17 Communautés autonomes d'Espagne créées par la constitution de 1978.
  3. « Asalto a los cielos » est l'expression utilisée par Pablo Iglesias lors du congrès de fondation de Podemos en 2014 pour affirmer son option d'entrer dans les institutions.
  4. Le Parti socialiste unifié de Catalogne ou PSUC Créé en 1936, il regroupe autour du Parti communiste les principaux partis de la gauche catalane. il est dissous en 1987.
  5. « La Politica de Comù » in Nous horitzons (Nouveaux horizons) no 215 , 2017. À l'origine sous le nom d' « Horitzons » la revue est créée en 1960 dans la clandestinité et publiée en catalan à l'étranger par des intellectuels liés au PSUC. Éditée en Catalogne depuis 1972 la revue s'est ouverte récemment à d'autres courants
  6. Albano Dante Fachin député au parlement catalan est le chef de Podem (l'aile catalane du parti Podemos). Il s'est opposé à la participation de son parti à l'Assemblée fondatrice d'un Pais en Comù ce qui a créé une crise dans les rangs de Podemos tant au niveau catalan que national. Le chef du parti Pablo Iglesias ne l'a pas désavoué mais a délégué son principal lieutenant Pablo Echenique à l'assemblée.
  7. Pasqual Maragall, membre puis président du Parti Socialiste Catalan, est devenu maire de Barcelone avec le soutien des élus du Parti Socialiste Unifié de Catalogne (PSUC). Il restera à ce poste pendant près de 15 ans sans jamais disposer d'une majorité au conseil municipal. Il deviendra ensuite président de la Generalitat de Catalogne
  8. « Iniciativa pour la Catalogne-Verts » est un regroupement qui date de 1995 de Iniciativa pour la Catalogne, lui même une coalition de 1987 de partis de gauche autour du nouveau parti communiste catalan , avec Les verts . EUIA (Gauche unie et alternative) est le référent catalan de Izquierda Unida (Gauche Unie) d'obédience communiste.
  9. Catalunya Sí que es Pot (CSQP, « Catalogne Oui c'est Possible » est une coalition de gauche créée pour les élections autonomiques de l'automne 2015. Barcelona en Comù, elle-même une coalition au niveau municipal, avait été élue en mai 2015 mais avait renoncé à se présenter au niveau autonomique.
  10. Sans surprise, Xavier Domenech membre de l'éxécutif de Barcelona en comù, député au parlement espagnol sous les couleurs de En comu-podem et artisan du projet Un pais en Comu préside la Commission éxécutive et Ada Colau, l'actuelle mairesse de Barcelone préside la coordination . Après une consultation et un appel au vote de 5 jours les membres ont choisi le nouveau nom de l'entité préférant « Catalunya en Comù» à «En Comù podem  » . Ce choix est très significatif au plan politique et symbolique puisque, en se distinguant de “En comu podem” qui était le nom de la coalition intégérée par Podemos qui a envoyé 14 députés au parlement espagnol en décembre 2015, il renforce l'aile « Barcelona en Comù » face aux partisans de Podemos dans le nouvel espace.

Barcelone en commun - Barcelona en Comú