Francesco Brancaccio présente "Les communs comme mode de production" (notes)

De Remix Biens Communs
Révision datée du 26 juin 2018 à 10:16 par Fred (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « Rodota » par « Rodotà »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Enjeu(x) : Inventivité juridique,  Droit d'usage,  Usage civique  Action(s) : Commission Rodotà,  Mouvement des communs  Résultat(s) attendu(s) : Communs urbains  

Notes de la présentation de Francesco Brancaccio dans le cadre du séminaire DCENT le 15 novembre 2017

Métadonnées

Auteur(s) SULTAN Frédéric
Date de création 2017/11/15
Langue du contenu FR
Fait partie de Expérience italienne des communs urbains
Média Texte
Contexte de production Séminaire D.CENT
Participant(s) BRANCACCIO Francesco
Type de licence CC-BY-SA« CC-BY-SA » n'est pas la liste (tous-droits, by, by-sa, by-nc-sa, by-nc-nd, by-nd, inconnu, autre) des valeurs autorisées pour la propriété « Type de licence » .


Francesco Brancaccio un juriste qui a travaillé avec (ou dans) la Commission Rodotà. Il connait très bien Naples (ABC et les occupations). Il a co-écrit Il Comune come modo di produzione. Per una critica dell'economia politica dei beni comuni (éditions : Ombre Corte, 2017) avec Carlo Vercellone et Alfonso Giuliani (en italien, traduction en cours) où il apporte la dimension juridique.

Selon lui, l'Italie se caractérise par une articulation et une inventivité juridique particulière qui relie l'action militante et l'action juridique. Les propositions de Rodotà ont été rejetées, mais elles ont été saisies par certains pouvoirs locaux (villes). Il y a des espaces pour l'inventivité juridique qui se sont ouverts ! La victoire de la phase referendaire à ouvert un espace d'expérimentation [1]. Sur le plan technique les biens communs sont placés "à coté" des biens publics et privés, mais ce qui fait leur spécificité, c'est qu'il s'agit d'un mode de production collectif [2].

Dans les enjeux de la lutte du néo-municipalisme, on voit se réinventer des formes de propriété foncière qui reposent sur une auto-légitimation par le bas, ex : Droit d'usage civique (Naples - Ex Asilo Filangieri ).

Le mouvement des communs oppose (ou doit opposer ?) l'émergence du droit d'usage (solidarité, justice):

  • à la métamorphose du droit de propriété (vers la privatisation) dans le champ de la connaissance.
  • à la séparation de plus en plus marquée dans les modes d'exercice et la justification du pouvoir elle-même, entre la légitimité fondée sur le plan de la légalité et celle fondée sur le plan de la justice[3]).

Francesco Brancaccio insiste sur :

  • le besoin d'étendre la notion de communs au delà de la taxonomie économique.
  • l'Importance capitale des communs urbains qui jouent un rôle similaire à celui joué par les communs fonciers dans le passé.
  • dont les exemples les plus connus sont : Bologne, Naples ABC, Téatro Valle Rome, ...
  • Approche opéraïste, Negri / Vercellone
  • Par exemple d'actualité, le traitement médiatique des conséquences des paradise papers n'est-il pas retenu ou contenu par le caractère légal des activité d'évasion fiscale ?