Notes pour l'atelier City as a Commons - Alain Renk

De Remix Biens Communs
Aller à : navigation, rechercher

Alain Renk - City as a Commons - WSF 2016 Montreal

Notes pour la conférence le 11 / 8 / 2016

Qui sommes-nous ?

Sujet : territoires et villes contributives, changement de paradigme de la fabrique des villes.

Travail débuté il y a 15 ans, qui a construit un ecosystem qui travaille sur les territoires contributifs :

Une agence d’architecture HOST, le premier élément en 2000

Une civic Tech UFO crée en 2010

Une association 7 Milliards d’Urbanistes crée en 2014

Etat des lieux

Besoin de réussir la transition écologique, numérique au moment ou le système politique est à bout de souffle

La difficulté est que l’aménagement du territoire est historiquement un domaine qui appartient au pouvoir politique.

Pharaons, Empereurs, Rois, Présidents, Gouverneurs … La société civile et les citoyens avaient et ont toujours la liberté de construire dans le secteur informel, non contrôlé, mais celui-ci face aux inégalités croissantes s’éloignent en deux pôles extrêmes, les quartiers privatisés riches et l’habitat indigne, les favelas qui croissent.

700 millions et prévus 1,4 milliard à 20 ans d’après UN-Habitat.

Le fait est qu’il faut réussir les transitions en cours

Pour autant les promesses de la ville intelligente semblent à contre-courant. La couche numérique telle qu’elle est conçue, popularisée et vendue à travers les industriels des villes numériques est plus compatible avec le monde classique de la fabrication de la ville, c’est-à-dire la marchandisation globale de tous les biens, la culture, le vivant que un chemin d’avenir vers des transitions réussies.

Pourquoi ? Parce que la ville numérique industrielle ajoute de la distance entre les décideurs et les citoyens une nouvelle distance, donc construit une double désappropriation à la fois à travers le politique et des technologies excluantes.

Cette ville numérique industrielle produirait plus des consommateurs passifs que des citoyens actifs.

Cf Saskia Sassen

Cf “From Smart cities to bug Cities” Slideshare

Quelle stratégie, quelle hypothèse saisir même s’il n’y a pas de certitude ?

Pour notre écosystème, la réussite des différentes transitions écologiques, numériques, économiques, passe par des stratégies conduisant la mise en place de territoires contributifs, où ladistribution de l’intelligence permet de monter en compétence ensemble, et finalement d’apprendre de façon collective à aménager, ménager un monde commun physique plus vivable et des territoires plus équitables.

Dans nos façons de faire, chaque entité de l’écosystème pense et réalise en lien avec les territoires contributifs, des espaces augmentés par des dynamiques contributives (HOST),des méthodes collaboratives augmentées par des outils numériques (lUFO) et des partages augmentés par les pairs (7MU). Non seulement chaque entité de l’écosystème nourrit les autres, mais chaque entité s’ouvre progressivement sur le monde, le moins pour l’agence d’architecture et à l’infini pour l’association.

cf Edgar Morin, la théorie nourrie la pratique qui nourrit la théorie qui …

Par où commencer, quelles tactiques utiles et pourquoi aujourd’hui ?

Ce que nous proposons c’est d’aller progressivement vers un prototypage collaboratif généralisé des transformations urbaines avec des perspectives à + 20 ans immédiatement intégrées. Évidemment ce sont des perspectives ouvertes et nous pensons que ces méthodes pourront participer à réussir les transitions écologiques et numériques. Nous percevons déjà que les chercheurs en environnement, les data-scientistes aussi souhaitent connecter leurs outils sur les nôtres, de même que des grandes entreprises de transport public ou liées à la biodiversité.

La mise en place d’un territoire contributif n’écrase pas d’autres initiatives comme la rénovation des politiques publiques ou d’autres transitions en cours. Bien au contraire. Les dynamiques produites par les territoires sont des accélérateurs de percolation envers toutes les évolutions en cours de nos sociétés pour réussir les transitions ; l’éducation, la recherche, l’économie , les circuits courts, l’agriculture urbaine, la culture et l’art.

Non seulement il y a une ouverture des territoires contributifs vers la facilitation et le soutien des transformations sociales et culturelles, mais les territoires contributifs sont à leurs services.

Il vous semblerait probablement incroyable que vous soyez privé du choix du mobilier ou des tableaux que vous mettez au mur dans votre maison ou appartement. Il est pour nous aussi incroyable que la confiscation de la conception de vos espaces publics, de vos infrastructures de transports en commun, des transformations de vos paysages soit confisquée à la société civile depuis si longtemps.

Il y a aujourd’hui une capacité des systèmes numériques à construire des dispositifs d’intelligence collective à un niveau que l’humanité n’a évidemment jamais connus._ La rupture contemporaine c’est que l’augmentation des capacités de calcul et de représentations dynamiques est à la porté de collectifs et d’organisations comme les nôtres.

Avant seul les états avaient les moyens de manipuler des systèmes aussi puissants. Cela aujourd’hui permet de se passer de l’accord du système politique actuel pour créer des dispositifs d’intelligence collective adaptés à l’urbanisme. Puis de convaincre le politique avec non pas des visions, mais des résultats concrets.

Comment nous avançons et quels sont nos objectifs ?

En 2010 nous avons commencé des recherches avec la civique-Tech UFO et c’est en 2013 que les premières aventures d’urbanisme collaboratif ont été lancées avec des villes comme Rennes, Montpellier et Évreux. Sur des quartiers de petite échelle. La démarche se nomme Unlimited Cities et une personne dans un débat l’a définie comme une “enquête d’imagination publique”, ce qui nous allait bien.

Évidemment ces méthodes ont contaminé l’agence d’architecture HOST et quand une consultation ouverte s’est lancée à Paris en 2015 (Réinventer Paris), nous avons essayer de comprendre, à travers la création d’une méthode dédiée à l’architecture, comment le concept de territoires contributifs pouvait faire muter la profession et même l’immobillier, et c’est là l’origine du concept Wikibuilding qui est autant issu de la civic-tech que de l’agence d’architecturet. Nous avons été lauréats finalistes du concours international, mais pas gagnant, donc l’application de la méthode Wikibuilding à un bâtiment de 10 000 m2 à Paris ne se fera pas dans ce cadre.

Notre objectif est de construire des méthodes d’urbanisme collaboratif, de les associer à des outils numériques, de les tester en situation réelle avec des “ambassadeurs” dans les villes, des soutiens politiques ou des techniciens, d’améliorer ces méthodes avec les sociétés civiles des territoires sein des villes dans les différents pays du monde où elles sont testées puis de les transmettre gratuitement avec l’association 7 Milliards d’Urbanistes. Il faut que nos méthodes se soient déjà confrontées au réel, et qu’elles restent des méthodes avec des outils libres, évolutifs, améliorables.

L’idée est d’éviter de faire un catalogue, mais de fournir à nos pairs un équipement pointu et qui marche.

Nos meilleurs soutiens ?

La conférence à venir de l’ONU Habitat III qui insiste sur le changement de paradigme à venir pour la fabrique de la ville ainsi que les experts et élus politiques qui étaient les plus dubitatifs et qui ont acceptés d’essayer, comme on apprend à nager. Il ne veulent plus sortir de l’eau ; )

Nos moyens ?

Pour le moment il sont très limités, car le monde classique résiste bien et nous perdons encore un nombre important de consultation car il reste encore difficile de convaincre. L’association est portée par des bénévoles. Assez rapidement nous pensons pouvoir bénéfices de fond pour qu’elle puisse embaucher des développeurs et lancer la documentation des projets, les traductions etc… car les méthodes d’urbanisme collaboratif permettent d’économiser des investissements considérables en améliorant la qualité des territoires produits.

Nos études de cas

Saint Nazaire - Projet Unlimited Cties et Projet 2030

Chine - Workshop Wukibuilding Natur https://vimeo.com/176082518

D’où venons-nous ?

Nous développons des pratiques Hybrides pour un monde hybride : Architectes,Designers, + Sociologues Anthropologues philosophes, + codeurs UX designers informaticiens + data scientists

Europe, États-Unis, Chine, en provenance des univers de Philippe k Dick ?

CALL FOR ACTION

Nous aider à rendre plus universel l’outil libre et Open Source Unlimited Cities DIY,

diffusé documenté par l’association 7 Billion Urbanist

Devenir un “Maker contributeur" de l’Urbanisme Collaboratif ?

contact@7billion-urbanists.org <mailto:contact@7billion-urbanists.org>

Documentations

/_Association 7 Milliards d’Urbanistes_/

French > Les statuts <https://www.evernote.com/shard/s2/sh/a8eb1de9-ed08-4043-bbe6-c520392db143/ce04d4ffd7d3e717>

/_Unlimited Cities on Wikipedia_/

English > https://en.wikipedia.org/wiki/Unlimited_Cities

Spanish > https://es.wikipedia.org/wiki/Ciudades_sin_l%C3%ADmites

French > https://fr.wikipedia.org/wiki/Unlimited_Cities

/_Habitat III United Nations Conference_/

English > https://www.habitat3.org <https://www.habitat3.org/>

Alain Renk Architecte Urbaniste I Mobile : +33 6 20 80 92 60

Conseiller Stratégique pour la Ville de l’institut Mines Telecom (IMT)

Cofondateur HOST <http://www.host-architects.org/> ARCHITECTS I UFO <http://www.urbanfab.org/> CIVIC-TECH I 7 MILLIARDS D’URBANISTES <http://www.7billion-urbanists.org/> NPO