Sortir de l'entre soi - entretiens filmés

De Remix Biens Communs

Sortir de l'entre soi - entretiens filmés consiste à réaliser 3 films qui racontent la rencontre entre deux personnes, l'une qui a l'expérience de la grande précarité et l'autre qui est travailleuse ou travailleur intellectuel, autour d'une question qu'ils partagent. Chaque film présentera en 20 à 30 minutes leurs portraits en situation sur le terrain, et leur rencontre préparée par des questions à poser à l’autre.


Objet(s) de commun : Travail,  Écologie,  Participation démocratique  Action(s) : co-apprentisage  

PROJET
Objectif du projet
Réaliser une série d' entrevues filmées d'acteurs et de chercheurs autour des thèmes: Travailler autrement, L’écologie du quotidien et L’exercice de la citoyenneté des personnes vivant la précarité, qui montrent l’importance de considérer ces questions comme communs.
Statut du projet
En cours
Nature du projet
Plaidoyer
Ce qui sera produit
Bien immatériel
Début
2021
Portée géographique
Nationale (France)
Porteur.s de projet
Autour du 1er Mai, Remix the commons
Partenaire.s
ATD Quart Monde
Participant.e.s
Dreyfus Guillaume
Financement
Fondation pour le Progrès de l'Homme
Rôle de Remix
Co-production

Genèse de l’idée : L’idée d’origine est portée par les associations Autour du 1er mai et Remix the Commons, et un réalisateur Guillaume Dreyfus, en partenariat avec ATD Quart Monde.

Il s’agit de réaliser 3 films qui mettent en récit une dynamique de dialogue et de réflexion partagée, respectivement menée dans chaque film à travers la rencontre entre une actrice ou un acteur issu de la grande précarité, détenteur d’une expérience singulière sur un terrain donné, avec une travailleuse ou un travailleur intellectuel. Ce dernier aura été choisi pour le regard personnel qu’il ou elle porte sur les questions qui se posent à cet acteur à travers ses recherches et son expérience.

Les 3 personnes issues de la grande précarité choisies sont les suivantes :

• Jean-Michel à partir de l’expérience TZCLD qui se déroule à Colombey, en Lorraine. • Nathalie militante écologiste dans un quartier de Dijon qui développe des actions avec des personnes en grandes difficultés sociales. • Guillaume, jeune élu au conseil municipal de la Flèche qui porte la parole des habitants en grande précarité

Il ne s’agit donc pas de décrire les actions menées, mais de construire dans chaque film un dialogue croisé entre ces deux personnages autour des questions que soulèvent les expériences dans lesquelles sont impliqués les personnes choisies. Chaque film fera entre 20 et 30 minutes et sera composé des éléments suivants : portraits en situation sur le terrain, et une rencontre entre l’actrice ou l’acteur issu de la grande précarité et la travailleuse ou le travailleur intellectuel. Pour cette rencontre, chacune et chacun aura préparé des questions à poser à l’autre, et l’idée de chacun de ces films est de filmer ce dialogue, cet échange à part égale et de montrer ce qu’il en résulte.

Dans chaque film, les questions choisies tireront un fil entre l’acquis d’une expérience menée et sa généralisation à l’ensemble de la société. Les questions pourraient être les suivantes :

• À travers l’expérience TZCLD de Colombey, comment s’est posée la question de construire une nouvelle relation au travail, comment travailler autrement ? • De quelles pratiques et visions de l’écologie, les personnes en grande précarité sont-elles porteuses dont pourrait s’inspirer l’ensemble de la société ? • En quoi une pratique citoyenne menée avec les personnes en grande précarité permet-elle de transformer l’exercice de la démocratie et le rapport à l’action politique, dans un territoire ?

Ces problématiques sont des esquisses qui seront retravaillées avec les deux personnes qui interviendront dans chaque film. Nous souhaitons faire échanger « à part égale » des militant·e·s de terrain et des intellectuel·le·s qui ne pratiquent pas la transmission d’un savoir descendant vis à vis de leurs interlocuteurs. Nous partons du postulat que chacune et chacun a à apprendre à l’autre et de l’autre. Nous entendons ainsi sortir de l’entre soi et mettre en scène des idées et des pratiques qui s’incarnent dans ce dialogue.

Dans un premier temps, les films seront diffusés dans les réseaux d’ATD Quart Monde, d’ Autour du 1er mai, de Remix The commons. Grâce aux débats qui se dérouleront après les projections, ces films espèrent inviter les membres de la société civile à échanger autour des questions posées et débattues, afin de se projeter dans un avenir vivable où chacun trouverait sa place et serait reconnu à part entière.