Panneau 7 - Des biens communs aux communs

De Remix Biens Communs
< Expo sur les communs
Expo sur les communs Panneau 7 - Des biens communs aux communs
Aller à : navigation, rechercher

Cette page présente le septième panneau de l'exposition consacrée aux communs

Titre

Des biens communs aux communs

Chapô

Ce n’est pas la nature d’un bien qui en fait un commun mais la façon dont une communauté (qu’elle soit locale, nationale ou mondiale) se rassemble pour le prendre en charge, pour en assurer le partage et la perennité. Les caractéristiques des ressources ont des effets au moment de les partager et suggèrent différentes formes possibles de gouvernance. Quels régimes économiques leur appliquer ?

Blocs

Les biens qui se multiplient en se partageant — Ce sont les productions d’esprit, celles aussi qui résultent de l’échange d’expériences et de la diffusion des savoir-faire. Avec les brevets et les droits d’auteur, le marché veut les contrôler en les «enclosant» . C’est la mutualisation qui est pour elles le régime de gouvernance le plus légitime.

Les biens qui se divisent en se partageant et peuvent êtres reproduits — Ils reposent sur le travail humain. Biens industriels et services à la personne en font partie. C’est la catégorie pour laquelle la gestion par le marché est légitime, et cela peut se faire dans des formes coopératives.

Les biens qui se divisent en se partageant mais sont en quantité finie — Ressources naturelles, l’énergie fossile, l’eau, les sols, etc. Pour ces biens, les régimes de gouvernance doivent procéder à la fois d’un principe de justice et d’un principe d’efficacité, par exemple en établissant des quotas.

Les biens qui se détruisent en se partageant — Le patrimoine historique ou les écosystèmes en font partie. Ces biens ne peuvent être gérés par le marché et doivent faire l’objet d’une protection garantie impliquant une forme de gestion publique.

Iconographie

Dessins de Rosie Howe

Fac-similé

ExpoLesCommunsV1 Page 07.jpg