Différences entre versions de « Notes Atelier Communs et Municipalisme dans la rencontre Archipel les jours heureux »

De Remix Biens Communs
 
(6 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Événement
+
{{Objet média
|Date de début=2017/12/01
+
|Date de création=2017/12/01
|Date de fin=2017/12/01
+
|Date de publication=2017/12/01
|Type d'événement=Atelier
+
|Description=Notes compte-rendu de l'atelier communs et municipalisme organisé dans le cadre de la rencontre Archipel Osons Les Jours Heureux
|Organisateur de l'événement=Archipel Osons Les Jours Heureux
+
|Enjeu=Municipalisme, Politique des communs,
 +
|Langue du contenu=FR
 +
|Pays=France
 +
|Événement=Rassemblement Archipel Osons Les Jours Heureux
 
|Site web=http://colibris-wiki.org/collectif-reliance/wakka.php?wiki=PagePrincipale
 
|Site web=http://colibris-wiki.org/collectif-reliance/wakka.php?wiki=PagePrincipale
|Fait partie de=Atlas des chartes des communs urbains, Atlas des chartes des communs urbains/Ateliers d'exploration des communs urbains
+
|Auteur=SULTAN Frédéric
 
}}
 
}}
 
===Compte Rendu===
 
===Compte Rendu===
Nous sommes partis du partage d'expériences autour de l'eau Bassin [[Versant Solidaire de Forest]] à Bruxelles) revitalisation de l'activité économique d'un quartier à Saint Étienne ([[Association Rues du développement durable]] quartier Crêt de Roc) pour montrer comment les démarches de commoning permettent de produire des politiques dans lesquelles les habitants prennent leur part en relation avec les municipalités et échanger sur la relation entre  communs et municipalisme.
+
Premier temps : partage d'expériences, à partir de la prise en charge par les habitants 1) du traitement de l'eau par Bassin [[Versant Solidaire de Forest]] à Bruxelles et 2) de la revitalisation de l'activité économique d'un quartier à Saint Étienne ([[Association Rues du développement durable]] quartier Crêt de Roc). Ces expériences montrent que les démarches de commoning permettent de co-produire des politiques publiques, dans lesquelles les habitants prennent leur part, en relation avec les municipalités.  
  
L'imaginaire des communs c'est aussi la transformation du politique :
+
La discussion s'étend à la relation entre  communs et municipalisme. L'imaginaire des communs est aussi la transformation du politique. Pistes :
La démocratie comme commun
+
* La démocratie comme commun
• reconnaître et travailler avec l'hybridité et la porosité des institutions : intérieur / extérieur,
+
* Reconnaître et travailler avec l'hybridité :
• porter des actions qui peuvent être contestataires (réclamer ses droits) et/ou instituantes (les réaliser en actes).
+
** Porosité des institutions (intérieur / extérieur)
 +
** Les dimensions contestataires (réclamer ses droits) et instituantes (les réaliser en actes) se complètent.
  
Les communs montrent que nous avons des outils que nous savons mobiliser : Chartes, nos expériences, les expertises citoyennes, les espaces d'autonomie divers (Comité de quartier, Assemblées des communs, Squat, ZAD, ... etc), espaces où défendre les communs dans les institutions (comité d'habitants, d'usagers, conseil de quartier, ...). C'est comme une boite à outils qu'il faut enrichir.
+
Conclusion et mise en perspective : Les communs démontrent que nous avons des outils que nous savons mobiliser : chartes, nos expériences et leur mise en circulation, les expertises citoyennes, les espaces d'autonomie divers (Comité de quartier, Assemblées des communs, Squat, ZAD, ... etc), jusque dans les institutions, les espaces où défendre les communs (comité d'habitants, d'usagers, conseil de quartier, ...). C'est comme une boite à outils qu'il faut enrichir.
  
Avec le municipalisme, les communs peuvent interroger les catégories des l'action publique dans un espace relativement accessible de par sa taille,  l'expérience habitante (vécue), qui est aussi ouverte sur le monde (ne pas s'enfermer dans l'échelle municipale). Par exemple, transformer les catégories des politiques publiques Tourime/Migration (souvent en silos) en une approche de l'hospitalité basée sur les communs comme production de la solidarité.
+
Avec le municipalisme, les communs interrogent les catégories de l'action publique. Passer par exemple des catégories des politiques publiques Tourime et Migration, sinon opposées souvent en silos, à celle de l'hospitalité. Dans le cadre du néo-municipalisme, l'approche basée sur les communs permet aux habitants de faire l'expérience de la production de la solidarité en articulant dans un espace relativement accessible de par son échelle,  l'expérience habitante (vécue) et la pratique politique institutionnelle.
 
 
 
 
Pour plus d'info sur l'Archipel
 
 
 
 
 
Fred
 

Version actuelle datée du 22 décembre 2017 à 06:25

Métadonnées

Auteur(s) SULTAN Frédéric
Date de création 2017/12/01
Date de publication 2017/12/01
Langue du contenu FR
Pays France


Compte Rendu

Premier temps : partage d'expériences, à partir de la prise en charge par les habitants 1) du traitement de l'eau par Bassin Versant Solidaire de Forest à Bruxelles et 2) de la revitalisation de l'activité économique d'un quartier à Saint Étienne (Association Rues du développement durable quartier Crêt de Roc). Ces expériences montrent que les démarches de commoning permettent de co-produire des politiques publiques, dans lesquelles les habitants prennent leur part, en relation avec les municipalités.

La discussion s'étend à la relation entre communs et municipalisme. L'imaginaire des communs est aussi la transformation du politique. Pistes :

  • La démocratie comme commun
  • Reconnaître et travailler avec l'hybridité :
    • Porosité des institutions (intérieur / extérieur)
    • Les dimensions contestataires (réclamer ses droits) et instituantes (les réaliser en actes) se complètent.

Conclusion et mise en perspective : Les communs démontrent que nous avons des outils que nous savons mobiliser : chartes, nos expériences et leur mise en circulation, les expertises citoyennes, les espaces d'autonomie divers (Comité de quartier, Assemblées des communs, Squat, ZAD, ... etc), jusque dans les institutions, les espaces où défendre les communs (comité d'habitants, d'usagers, conseil de quartier, ...). C'est comme une boite à outils qu'il faut enrichir.

Avec le municipalisme, les communs interrogent les catégories de l'action publique. Passer par exemple des catégories des politiques publiques Tourime et Migration, sinon opposées souvent en silos, à celle de l'hospitalité. Dans le cadre du néo-municipalisme, l'approche basée sur les communs permet aux habitants de faire l'expérience de la production de la solidarité en articulant dans un espace relativement accessible de par son échelle, l'expérience habitante (vécue) et la pratique politique institutionnelle.