Définition des communs selon Philippe Aigrain (2013) version longue

From Remix Biens Communs
Jump to: navigation, search

Informations sur le média

Métadonnées
Auteur(s) AMBROSI Alain
Producteur(s) Communautique, Gazibo
Date de création 2013/05/25
Date de publication 2013/10/21
Durée 00:05:51
Langue du contenu FR
Fait partie de Entrevues International Commons Conference Berlin 2013, Définition des communs
Média Vidéo
URL de diffusion https://www.youtube.com/watch?v=EMBGTmqSJMc
Service de diffusion youtube
Identifiant de diffusion EMBGTmqSJMc
Pays France
Contexte de production Commons and Economics Conference Berlin 2013
Participant(s) AIGRAIN Philippe
Contributeur(s) L-BERUBE Stéphanie, MOYA Javier
Type de licence
"CC-BY-SA" is not in the list (tous-droits, by, by-sa, by-nc-sa, by-nc-nd, by-nd, inconnu, autre) of allowed values for the "Type de licence" property.
Coordonnées géographiques 48° 51' 10", 2° 22' 10"


Une définition des communs proposée par Philippe Aigrain, de La Quadrature du Net, tirée d'un entretien réalisé par SULTAN Frédéric, lors de la Conférence Internationale sur l'économie et les communs qui se déroulait à Berlin du 22 au 24 mai 2013. "Quand j'ai commencé à vraiment écrire sur les communs, c'est-à-dire à partir de l'an 2000, je pensais que les... si j'appelais ça les communs, personne ne comprendrait – dans l'univers francophone ou dans l'univers latino-phone en général. Et donc j'ai utilisé l'expression biens communs, et d'ailleurs je suis pas le seul: les latino-américains c'est bienes comunes (bien qu'ils aient l'expression procomun qui pourrait vouloir dire les communs et qui était plus utilisée que les communs en français); même chose en italien ou c'est bieni communi. Donc euh aujourd'hui je crois si je le refaisais, je parlerais directement des communs. Les communs, je pense qu'il est quand même très important de pas oublier qu'il y a quelque chose qui est extérieur aux humains dans les communs et qu'on gère à travers un statut de communs: ça peut être une ressource naturelle, ça peut être des logiciels, de l'information, des plantes euh... les humains peuvent se sentir partie de ce qu'ils gèrent – par exemple s'ils sont dans une philosophie comme c'est mon cas de penser que les humains ne sont qu'un des produits de l'évolution biologique et que quand on gère des ressources naturelles on est situés dans un ensemble qui nous dépasse – mais néanmoins si on parle de communs – et c'est des êtres humains qui ont décidé de parler de communs – c'est parce qu'ils parlaient de quelque chose qui fait l'objet de leurs activités mais qui est extérieur à eux et qu'il y a une ressource que l'on met sous un statut de communs. Et ils ont pas choisi de mettre tout sous un statut de communs, même dans l'histoire traditionnelle. Même les communautés villageoises qui avaient des maisons communes y compris la... pas seulement une maison commune avec des maisons privées mais une maison commune où tout le monde habitait, eh bien à l'intérieur il y avait des parties réservées aux familles – mais évidemment le sens du mot famille était beaucoup plus large que chez nous. Donc en fait on n'a jamais donné à tout un régime de commun. Donc maintenant je peux passer à la définition. Donc pour moi les communs c'est l'ensemble de ces ressources auxquelles on donne un statut qui n'est pas un statut de propriété, hein; même pas un statut de propriété commune; mais qui est un statut qui prend de façon paradoxale les attributs de la propriété. Je vais expliquer rapidement quoi: il y a trois attributs classiques dans le droit canon de la propriété c'est l'usus - la possibilité d'utiliser une chose; le frustus - la possibilité de la faire fructifier soit en l'enrichissant, soit en en tirant profit; et l'abusis qui est la possibilité de priver quelqu'un d'autre de son usage hein, de dire... de le rendre privé. Ça veut dire que je pense que la propriété c'est très important, en particulier qu'il y ait une sphère qui soit une sphère de l'individu, de la famille, du groupe qui soit pas envahissable n'importe comment – et ça les droits fondamentaux le reconnaissent. Mais les communs ils disent: OK, on va donner à tous un droit d'usage, éventuellement réglementé si c'est des biens usables, abîmables ou exhaustibles, enfin qui peuvent se... épuisables; euh on va donner également un droit à tous d'enrichir et de tirer profit des communs – éventuellement en donnant des règles sur comment on redistribue les bénéfices qui en résultent – comme par exemple les alpages: les gens qui tireront profit des alpages les redistribuent à l'ensemble de la communauté etc. Mais on va donner à personne le droit – au moins à personne dans la communauté concernée – le droit d'exclure les autres. Donc ça c'est la définition au sens des registres de la propriété de ce que sont les biens communs. Et après les communs c'est ça plus toutes les pratiques de gouvernance, de prise de décision, d'analyse des problèmes et de construction de relations humaines qui entourent les biens communs, voilà".

AuteurAMBROSI Alain +
ContributeurL-BERUBE Stéphanie + and MOYA Javier +
Date de productionMay 25, 2013 +
Date de publicationOctober 21, 2013 +
DescriptionUne définition des communs proposée par Ph
Une définition des communs proposée par Philippe Aigrain, de La Quadrature du Net, tirée d'un entretien réalisé par SULTAN Frédéric, lors de la Conférence Internationale sur l'économie et les communs qui se déroulait à Berlin du 22 au 24 mai 2013. "Quand j'ai commencé à vraiment écrire sur les communs, c'est-à-dire à partir de l'an 2000, je pensais que les... si j'appelais ça les communs, personne ne comprendrait – dans l'univers francophone ou dans l'univers latino-phone en général. Et donc j'ai utilisé l'expression biens communs, et d'ailleurs je suis pas le seul: les latino-américains c'est bienes comunes (bien qu'ils aient l'expression procomun qui pourrait vouloir dire les communs et qui était plus utilisée que les communs en français); même chose en italien ou c'est bieni communi. Donc euh aujourd'hui je crois si je le refaisais, je parlerais directement des communs. Les communs, je pense qu'il est quand même très important de pas oublier qu'il y a quelque chose qui est extérieur aux humains dans les communs et qu'on gère à travers un statut de communs: ça peut être une ressource naturelle, ça peut être des logiciels, de l'information, des plantes euh... les humains peuvent se sentir partie de ce qu'ils gèrent – par exemple s'ils sont dans une philosophie comme c'est mon cas de penser que les humains ne sont qu'un des produits de l'évolution biologique et que quand on gère des ressources naturelles on est situés dans un ensemble qui nous dépasse – mais néanmoins si on parle de communs – et c'est des êtres humains qui ont décidé de parler de communs – c'est parce qu'ils parlaient de quelque chose qui fait l'objet de leurs activités mais qui est extérieur à eux et qu'il y a une ressource que l'on met sous un statut de communs. Et ils ont pas choisi de mettre tout sous un statut de communs, même dans l'histoire traditionnelle. Même les communautés villageoises qui avaient des maisons communes y compris la... pas seulement une maison commune avec des maisons privées mais une maison commune où tout le monde habitait, eh bien à l'intérieur il y avait des parties réservées aux familles – mais évidemment le sens du mot famille était beaucoup plus large que chez nous. Donc en fait on n'a jamais donné à tout un régime de commun. Donc maintenant je peux passer à la définition. Donc pour moi les communs c'est l'ensemble de ces ressources auxquelles on donne un statut qui n'est pas un statut de propriété, hein; même pas un statut de propriété commune; mais qui est un statut qui prend de façon paradoxale les attributs de la propriété. Je vais expliquer rapidement quoi: il y a trois attributs classiques dans le droit canon de la propriété c'est l'usus - la possibilité d'utiliser une chose; le frustus - la possibilité de la faire fructifier soit en l'enrichissant, soit en en tirant profit; et l'abusis qui est la possibilité de priver quelqu'un d'autre de son usage hein, de dire... de le rendre privé. Ça veut dire que je pense que la propriété c'est très important, en particulier qu'il y ait une sphère qui soit une sphère de l'individu, de la famille, du groupe qui soit pas envahissable n'importe comment – et ça les droits fondamentaux le reconnaissent. Mais les communs ils disent: OK, on va donner à tous un droit d'usage, éventuellement réglementé si c'est des biens usables, abîmables ou exhaustibles, enfin qui peuvent se... épuisables; euh on va donner également un droit à tous d'enrichir et de tirer profit des communs – éventuellement en donnant des règles sur comment on redistribue les bénéfices qui en résultent – comme par exemple les alpages: les gens qui tireront profit des alpages les redistribuent à l'ensemble de la communauté etc. Mais on va donner à personne le droit – au moins à personne dans la communauté concernée – le droit d'exclure les autres. Donc ça c'est la définition au sens des registres de la propriété de ce que sont les biens communs. Et après les communs c'est ça plus toutes les pratiques de gouvernance, de prise de décision, d'analyse des problèmes et de construction de relations humaines qui entourent les biens communs, voilà".
s qui entourent les biens communs, voilà". +
Durée00:05:51 +
EnjeuDéfinir les communs +, Droit de propriété +, Usus +, Abusus +, Fructus + and Gouvernance +
Fait partie deEntrevues International Commons Conference Berlin 2013 + and Définition des communs +
Identifiant de diffusionEMBGTmqSJMc +
Langue du contenuFR +
Lié à l'événementCommons and Economics Conference Berlin 2013 +
ParticipantAIGRAIN Philippe +
PaysFrance +
ProducteurCommunautique + and Gazibo +
Service de diffusionyoutube +
Type de documentVidéo +
URL de diffusionhttps://www.youtube.com/watch?v=EMBGTmqSJMc +
Geographic coordinates
Cette propriété est une propriété spéciale dans ce wiki.
48° 51' 10", 2° 22' 10"Latitude : 48.85278
Longitude : 2.36934
+